Métropole lilloise : un plan transports à très petite vitesse

Le schéma directeur des infrastructures de transport, adopté par la Métropole européenne de Lille en juin 2019, promet un boom des liaisons par bus, une synergie avec le réseau ferré et la réalisation de nouvelles lignes de tramway. Le tout pour 2 milliards d'euros. Mais son démarrage est laborieux et son avenir pas forcément radieux.

SDIT_MEL
Les principales lignes envisagées par le schéma directeur des infrastructures de transports de la Métropole européenne de Lille.

«Il n'y aura pas le début du commencement d'une nouvelle ligne de tramway pendant ce mandat. » Nous sommes le 4 décembre dernier, en cours de réunion de la commission « transports, mobilité, accessibilité » de la Métropole européenne de Lille (MEL) ; et c'est Sébastien Leprêtre, vice-président de la MEL en charge des transports publics, qui fait cette déclaration étonnante, loin des micros et des caméras. « Je crois que je ne doucherai personne en disant cela », ajoute-t-il à l'adresse des élus présents. Quand même ! L'annonce jette un froid, à la mesure des espoirs suscités dix-huit mois plus tôt.

En juin 2019 en effet, la métropole a adopté un sémillant « Schéma directeur des infrastructures de transport » (Sdit) compilant pas moins de 27 projets destinés à améliorer la circulation des personnes sur son territoire. Avec, au programme, des lignes de bus « express », certaines existantes plutôt « optimisées », d'autres « à haut niveau de service » installées sur des voies réservées... Et surtout cinq nouvelles « liaisons lourdes », des lignes de tramway en l'occurrence, vers l'ouest, le sud et le nord-est de l'agglomération. Le plan qui doit se déployer d'ici à 2035 prévoit encore un gros travail avec la Région des Hauts-de-France et la SNCF pour transformer l'écheveau local du TER en un « réseau express métropolitain » mieux maillé, mieux cadencé, plus performant.

A l'époque de l'adoption, le satisfecit est à peu près général. Les organes consultatifs (Conseil de développement de la MEL, Eurométropole), les forces économiques, les associations et les différents camps politiques saluent « l'effort », chiffré à 2 milliards d'euros. On les comprend : la métropole semble devoir renouer avec la construction d'infrastructures de transport, ce qu'elle n'a plus connu depuis le bouclage de la ligne 2 du métro, à l'aube de ce siècle, rappelle l'Union des voyageurs du Nord...
Glissements dans le planning
En cette fin d'année 2020, le ton a un peu changé. « Il y a un glissement dans le planning, que je ne m'explique . . .

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 7 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 7 minutes

Par Bertrand Verfaillie