« Les écologistes semblent être les adversaires les plus évidents de la néolibéralisation, mais… »

Pour le politiste Gilles Pinson, auteur de « La ville néolibérale », la percée d’EELV aux élections locales, dont celles de Lyon, est de nature à remettre en cause le modèle dominant de développement des métropoles. À condition que les nouveaux élus ne se limitent pas aux centres des agglomérations pour éviter que la transition écologique n'y chasse les derniers ménages populaires.

AMerlet-Bernard-Doucet
Bruno Bernard et Grégory Doucet, respectivement président du Grand Lyon et maire de Lyon. Photo : Antoine Merlet.

Professeur de science politique à Sciences Po Bordeaux et chercheur au Centre Emile-Durkheim (université de Bordeaux), Gilles Pinson vient de publier, aux Presses universitaires de France, La ville néolibérale. Dans cet ouvrage, l’universitaire, qui a exercé à Lyon de 2009 à 2013, passe au scanner le néolibéralisme, « nouvel ordre idéologique, politique et économique », à l’origine de certaines métamorphoses des grandes villes – gentrification, ségrégation, attractivité et grands évènements, marketing urbain, flambée des prix de l’immobilier, artificialisation des sols. Son recensement critique des

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 7 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 11 minutes

Par Nicolas Barriquand