Municipales : « Le pouvoir n’appartient plus au peuple »

[LES ENTRETIENS DE L’ÉTÉ] Professeur de sociologie à l’Université de Strasbourg, Michel Koebel s’inquiète du manque de représentativité des maires, des adjoints et autres conseillers municipaux. Loin d’être à la portée du premier citoyen venu, les mandats locaux sont monopolisés par quelques catégories bien spécifiques : des hommes, âgés, et issus des catégories sociales les plus favorisées. Une homogénéité qui pose de vrais problèmes démocratiques.

maires de France
Au Congrès des maires de France, en novembre 2015, à Paris. / Photo : ROLLE-POOL/SIPA

Lorsque Michel Koebel commence à s’intéresser aux caractéristiques sociales des élus locaux, au milieu des années 2000, très peu de travaux universitaires existent sur le sujet. Pour mener à bien certaines de ses recherches, il se penche alors sur le Répertoire national des élus (RNE), une colossale base de données qui recense les noms, prénoms, sexe, âge et catégories socioprofessionnelles des plus de 520 000 personnes détenant un mandat électif – du député au simple conseiller municipal, en passant par le maire.                        

En se concentrant sur ces deux dernières catégories, il a pu démontrer que les élus municipaux étaient de plus en plus soumis à « une sélectivité sexuelle, générationnelle, résidentielle et surtout sociale ». En résumé, que ceux pourtant considérés comme les élus les plus proches des Français n’étaient pas franchement représentatifs de la population...    

Mediacités : Concrètement, que démontre votre travail ?

Michel Koebel : D’abord que nous connaissions très peu les caractéristiques sociologiques du demi-million d’élus locaux, pourtant souvent présentés comme les mandataires les plus appréciés des Français. Mais surtout que plus la fonction politique occupée est élevée, plus la sélection sociale pour y accéder est discriminante. Et en la matière, la variable de la taille de la commune est la plus importante. Je m’explique : plus la taille de la commune est importante, plus les postes de maire, d’adjoint, voire de conseiller municipal sont occupés par des membres de catégories sociales élevées.

Si les agriculteurs exploitants restent aujourd’hui la catégorie la plus surreprésentée dans les communes françaises (ils totalisent 25 % des maires de France pour à peine 2 % de la population active), c’est avant tout lié à la prédominance des petites communes rurales en France (les communes de moins de 2 000 habitants représentent plus de 85 % du total). Mais leur présence devient négligeable, voire nulle, dès que les villes franchissent le seuil des 10 000 habitants. A partir de ce niveau là, les cadres et professions intellectuelles supérieures dominent très largement. En 2010, ils détenaient 70 % des mandats de maire dans les villes comprises entre 10 000 et 99 999 habitants et 93 % dans celles de l’échelon supérieur.

Comment expliquez-vous cette hégémonie des classes supérieures sur les postes importants ? Pourquoi l’immense majorité des maires et des élus des grandes villes sont des notables, des retraités, des hauts-fonctionnaires, d . . .

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 11 minutes

Par Yves Adaken et Benjamin Peyrel