L’écologie n'est-elle qu'un « problème de riches » ? Pas vraiment… L’ouvrage « Inégalités environnementales » coordonné par Catherine Larrère, professeure émerite à l'université Paris-1, démontre que les pauvres sont les premières victimes de la crise environnementale. Et, statistiques à l’appui, que nombre de politiques environnementales s’avèrent profondément inégalitaires. Entretien.

A Toulouse, la pollution touche d’abord et avant tout les banlieues populaires, notamment le quartier de Bordelongue. Etes-vous surprise par les conclusions de notre enquête ?

Absolument pas, et sachez que Toulouse n’est pas une exception. Loin de là. La géographie sociale de la région parisienne par exemple, avec les pauvres à l’Est et les riches à l’Ouest, est intimement liée à la pollution de l’air et à l’orientation des vents. Partout, les populations exposées aux grandes catastrophes naturelles comme aux plus petits risques sanitaires sont très souvent les plus pauvres, les moins résilientes.

Pire : ces inégalités environnementales . . .

L’info indépendante a une valeur

Les journalistes de Mediacités proposent chaque jour des enquêtes et analyses locales exclusives. Sans pub, seuls les abonnements financent notre travail. Aidez nous à renforcer notre indépendance.

Profitez de 24h d'accès gratuit pour lire cet article et tous les autres !

  • Lisez chaque semaine nos nouvelles enquêtes
  • Participez à nos investigations
  • Sans engagement. 60€/an ou 7€/mois

Cet article concerne la promesse :
« Améliorer l’information publique sur la qualité de l’air »
Voir toutes les promesses