Vendredi 28 juillet, le juge Jean-Michel Gentil a bouclé ses valises et pris la direction de Paris. Début septembre, il s’installera dans le fauteuil de vice-président de la chambre de l’instruction. En guise de pot de départ du tribunal de Lille, le magistrat a bouclé son instruction dans le dossier ultra-sensible de l’attribution de la construction du stade Pierre-Mauroy de Villeneuve d’Ascq à la société Eiffage en 2008. L’avis « 175 » (en référence à l’article 175 du code de procédure pénale), rendu le 18 juillet . . .

Cet article est réservé à nos abonnés, pour lire la suite de l'article :
Découvrez Mediacités gratuitement pendant 24h,
ou
Abonnez vous à partir de 1€/mois.
Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.