Officiellement, tout est en ordre. Ce vendredi 15 décembre, la Métropole européenne de Lille va soumettre au vote la création d’une nouvelle association « dédiée au projet capitale mondiale du design ». « Ce sera un comité d'organisation, dit-on au cabinet du président de la MEL. Il y a un travail énorme à réaliser d'ici à 2020 et pendant l'année de la manifestation ». Cette tâche n’incombait-elle pas naturellement à Lille design, l'association qui a inventé et porté la candidature, et qui a déjà fait l'objet d'un article dans Mediacités début septembre ? « Non, répond son président Philippe Rémignon, également directeur du bailleur social Vilogia. Notre structure ne pouvait pas contracter avec la World Design Organization (Ndlr: pour rappel, le titre de capitale est payant : la collectivité lauréate, Lille-Métropole en l'occurrence, doit verser 400 000 euros à l'organisation détentrice du label). Elle n'a pas non plus la surface et les moyens pour monter les manifestations populaires prévues ou partir à la recherche des gros mécènes nécessaires ».

Lille design, tout en disposant d’une place dans le nouveau "comité", évoluera donc vers une fonction de bureau d'études. Elle développera des formations et fera en sorte que les designers régionaux trouvent à employer leurs compétences tout au long des manifestations prévues. A écouter Philippe Rémignon, cette répartition des fonctions s’est faite en bonne intelligence avec la métropole de Lille. C'est pourtant Mediacités qui lui a appris l'inscription d'une délibération sur le sujet au . . .

Cet article est réservé à nos abonnés, pour lire les 46% restants de l'article :
Découvrez Mediacités gratuitement pendant 24h !
En renseignant votre e-mail, vous acceptez de recevoir nos newsletters (2 par semaine) et des offres d'abonnement.
Abonnez-vous pour 6,90€/mois ou 59€/an.
Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.