Mediacités n’avait pas prévu de revenir sur l’enquête consacrée aux dépenses litigieuses de Damien Castelain effectuées aux frais du contribuable. La virulence des propos du président de la Métropole Européenne de Lille (MEL), en ouverture du conseil communautaire de vendredi, et ses attaques ad hominem contre le directeur de la rédaction de Mediacités (et auteur de ces lignes), nous y contraignent. Puisque l’équipe de Mediacités a la prétention de bien faire son travail, les « pseudo journalistes » que nous sommes continuent donc d’avancer des faits – assortis de preuves matérielles - de ce qui ne seraient que des « insinuations abjectes et infondées ».

Nous l’avons déjà écrit, la véhémence des propos de Damien Castelain lui permet de ne pas aborder le fond des choses. Il parle d’un souci de transparence qui l’aurait amené à créer sa régie d’avance personnelle ; il brandit quelques chiffres à la volée qui laissent à penser que ses frais de représentation sont non seulement modiques (« 19 000 euros en quatre ans, soit 395 euros par mois ») mais normaux pour le président de la 4eme intercommunalité de France. Il n’en est rien. Pour le comprendre, il faut se plonger dans les méandres des dépenses de fonctionnement de la MEL, comme nous l’avons fait méticuleusement sur la base de . . .

Cet article est réservé à nos abonnés, pour lire les 74% restants de l'article :
Découvrez Mediacités gratuitement pendant 24h !
Abonnez vous à partir de 1€/mois.
Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.