Les deux chiffres dessinent une frontière économique : 12,5 % d'un côté, 4,9 % de l'autre. Soit les taux de chômage observés fin 2016 dans le département du Nord, un des plus sinistrés de France, et dans la région belge voisine de Flandre occidentale, qui connaît, elle, un quasi plein emploi. Cette différence spectaculaire interpelle : pourquoi les Nordistes ne se ruent-ils pas dans cet Eldorado tout proche ? Peut-être parce qu’en Flandre belge, on parle essentiellement… néerlandais. C'est du moins l'analyse de Frank Allacker, pr . . .

Cet article est réservé à nos abonnés, pour lire la suite de l'article :
Découvrez Mediacités gratuitement pendant 24h,
ou
Abonnez vous à partir de 1€/mois.
Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.