Eiffage n’en finit pas de traîner le dossier du Grand Stade comme un boulet. Un boulet judiciaire, avec la mise au jour de ses étranges pratiques avec les élus (voyages d’agrément, cadeaux divers…) ; avec la sombre affaire DSK suivie des révélations fracassantes, dans nos colonnes, de David Roquet, ancien patron d’une de ses filiales ; et bien sûr avec le poison du soupçon dans la question centrale des conditions . . .

Cet article est réservé à nos abonnés, pour lire la suite de l'article :
Découvrez Mediacités gratuitement pendant 24h !
Abonnez vous à partir de 1€/mois.
Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.