Un nouveau Scud vient d'être tiré sur la Métropole européenne de Lille (MEL). Pas par n'importe qui : par Guillaume Delbar, l’un de ses vice-présidents et aussi maire de Roubaix. Au nom du groupe de droite Métropole communes unies (MCU), il signe une tribune d'une virulence inédite dans les colonnes de la dernière revue de la MEL. L'élu y fusille l'office public Lille-Métropole Habitat (LMH), qui gère plus de 32 000 logements sociaux dans l'agglomération et, écrit-il, « n'assume pas, ou plus, le rôle qui est le sien ». Et de dénoncer le « train de vie » de l'organisme, dont la construction d'un siège social de 36,4 millions d’euros, et la quête de « rallonges budgétaires ». L’édile irrité conclut en exigeant « un audit externe précis » de LMH et « une feuille de route rigoureuse pour garantir son retour à l'équilibre et la gestion vertueuse des deniers publics ».

Tribune de Guillaume Delbar parue dans MEL 20, octobre 2018

Damien Castelain, président de la MEL, a dû se frotter les yeux en lisant son magazine préféré... Regain de la guerre des beffrois et des versants ? Ou retour de la querelle droite-gauche autour du logement social, chasse gardée historique du Parti socialiste régional ? En tout cas, la délibération qui devait déterminer sans délai le soutien de la métropole à LMH, portée par le vice-président au logement, ne figure pas à l'ordre du jour du conseil du 19 octobre. L'examen du dossier est renvoyé à la s . . .

Cet article est réservé à nos abonnés, pour lire les 75% restants de l'article :
Découvrez Mediacités gratuitement pendant 24h !
En renseignant votre e-mail, vous acceptez de recevoir nos newsletters (2 par semaine) et des offres d'abonnement.
Abonnez-vous pour 6,90€/mois ou 59€/an.
Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.