Frank sans le c, Berton comme ça se prononce. Signature à l’os, sèche comme un coup de trique : pas une lettre de trop. Au téléphone, c’est pareil : le ton est d’abord âpre, presque tannique. Un portrait, il n’en voit pas vraiment l’intérêt. Son éditeur, chez Flammarion, préfère d’ailleurs qu’il ne l’ouvre pas trop jusqu’au 10 avril prochain, date de la sortie de son premier bouquin (écrit avec la journaliste de L’Obs, Elsa Vigoureux). « Un journal de bord sur trois ans, de mai 2015 à juillet 2018 », explique-t-il, dans lequel il sera évidemment question de Salah Abdeslam, le djihadiste français impliqué dans les attentats du 13 novembre 2015 à Paris. En avril 2016, le ténor du barreau lillois accepte de le défendre avant de renoncer, en octobre de la même année, douché par le mutisme de son client - qui ne souhaite finalement plus être représenté par personne.

Il vous reste 80% de cet article à découvrir !
Abonnez-vous sans engagement de durée
pour lire la suite et 800 autres enquêtes exclusives.
Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.

Pourquoi s'abonner à Mediacités ?

  • 100% indépendant, seuls nos lecteurs nous font vivre.
  • Aucune pub, jamais !
  • Des enquêtes et révélations exclusives.
  • Soutenez un contre-pouvoir dans votre ville
  • Comprendre les enjeux nationaux par le local.
La curiosité est un beau défaut,
vous aussi, adoptez Mediacités !