C’est un fusible de plus en plus usé, qui dernièrement a bien failli céder. A la Métropole de Lyon, la Mission d’évaluation et d’orientation des mineurs isolés (Méomie) traverse une période de tension sans précédent. Plusieurs de ses agents ont accepté de se confier à Mediacités. Ils dénoncent un climat de stress permanent, une équipe en sous-effectif et l’impréparation de certains d’entre eux. Selon nos informations, huit des onze membres de l’équipe se sont mis en arrêt maladie pendant une quinzaine de jours entre fin octobre et début novembre en signe de protestation. « La tension qu’on retrouve un peu partout dans les services sociaux de la Métropole est exacerbée dans le nôtre, dénonce un de nos interlocuteurs sous couvert d’anonymat. Nous manquons de moyens alors que nous gérons une problématique internationale complexe et que nous avons entre les mains l’avenir de centaines d’adolescents. »

En cause, l’explosion, ces derniers mois, du nombre de dossiers de mineurs isolés, ces jeunes venus pour la plupart d’Afrique qui patientent à la rue jours et nuits en attendant que leurs demandes soient étudiées. Mediacités les avait rencontrés en septembre dernier.

> A LIRE : "Migrants : l’insupportable attente des mineurs isolés"

Devant la loi française, ces mineurs . . .

Cet article est réservé à nos abonnés, pour lire la suite de l'article :
Découvrez Mediacités gratuitement pendant 24h !
Abonnez vous à partir de 1€/mois.
Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.