C’était en 2015. Plusieurs fortes mobilisations avaient rassemblé les agents de la future Métropole, inquiets de la dégradation de leurs conditions de travail et de la baisse de leurs salaires. Qu’allaient-ils devenir dans cette fusion aux allures d'absorption du département par la communauté urbaine du Grand Lyon ? Presque trois ans plus tard, les revendications se sont tues. Du moins, en apparence. Car le souvenir de l’indifférence de Gérard Collomb devant les forces de l’ordre, matraques à la main, qui sortaient les agents du hall de la . . .

Cet article est réservé à nos abonnés, pour lire la suite de l'article :
Découvrez Mediacités gratuitement pendant 24h !
Abonnez vous à partir de 1€/mois.
Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.