"Faire comme à Givors », dit le dicton lyonnais pour décrire une situation où l’on s’affranchit des règles. L’expression locale n’a jamais été si bien utilisée que par Martial Passi, maire de la ville depuis 1995. Depuis l’après-guerre, le parti communiste dirige sans discontinuer cette ancienne cité industrielle de 20 000 habitants à mi-chemin entre Lyon et Saint-Etienne. Un positionnement stratégique que Martial Passi a su faire fructifier pour sa propre carrière. L’homme cumule les mandats et fonctions : 12e vice-président de la Métropole de Lyon . . .

Cet article est réservé à nos abonnés, pour lire la suite de l'article :
Découvrez Mediacités gratuitement pendant 24h !
Abonnez vous à partir de 1€/mois.
Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.