Le 1er juin, François Bayrou annonçait la suppression de la réserve parlementaire au menu  de son projet de loi « rétablissant la confiance dans l’action publique ». Et il en profitait pour dénoncer « la dérive clientéliste » de ce dispositif. L'ancien ministre de la Justice [il a remis sa démission du gouvernement ce 21 juin au matin] n’a pas besoin d’aller chercher très loin des exemples… Mediacités a étudié dans le détail la répartition de l’enveloppe de son collègue ministre de . . .

Cet article est réservé à nos abonnés, pour lire la suite de l'article :
Découvrez Mediacités gratuitement pendant 24h,
ou
Abonnez vous à partir de 1€/mois.
Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.