Ils sont tous là. Ce 29 novembre 2017, un parterre d’élus et de personnalités est réuni dans le 6e arrondissement de Lyon pour le lancement des travaux du nouveau siège de Segeco, grande entreprise d’audit et d’expertise-comptable aux 72 millions d’euros de chiffre d’affaires annuel. À la tribune, aux côtés de Jean-Loup Rogé, le fringant patron de Segeco vêtu d’un costume rouge, on retrouve David Kimelfeld, le président de la métropole de Lyon, Georges Képénékian, alors maire intérimaire de Lyon, Pascal Blache, le maire du 6e arrondissement, Yvan Patet, promoteur immobilier du projet avec son groupe Em2c, et même le rugbyman Alexis Palisson, international français et ailier du Lou Rugby.

Dans l'assistance, on croise quelques avocats, dont Caroline Brumm-Godet, fille de Richard Brumm, le vice-président de la Métropole et adjoint aux finances à la ville de Lyon. Le futur bâtiment, à l’angle du cours Vitton et du boulevard Stalingrad, dans un des quartiers les plus chics de Lyon, jouit d’un emplacement d'exception. Problème : comme Mediacités est en mesure de le révéler, les bureaux de Segeco

Cet article est réservé à nos abonnés, pour lire les 80% restants de l'article :
Découvrez Mediacités gratuitement pendant 24h
En renseignant votre e-mail, vous acceptez de recevoir nos newsletters (2 par semaine) et des offres d'abonnement.
Abonnez-vous pour 6,90€/mois ou 59€/an.
Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.