Faut-il s’inquiéter de ce manque persistant de concurrence ? Alors que sonnait hier, mercredi 11 octobre, à midi, l’heure limite pour le dépôt des candidatures pour l’exploitation des transports publics nantais pour les sept années à venir, les services de Nantes Métropole n’en avaient reçu qu’une seule... On aurait pu imaginer qu’un marché évalué à 100 millions d’euros par an exciterait quelques convoitises. Mais non ! La Semitan, l'actuelle société d’économie mixte locale en charge des transports (détenue à 65 % par Nantes Métropole . . .

Cet article est réservé à nos abonnés, pour lire la suite de l'article :
Découvrez Mediacités gratuitement pendant 24h !
Abonnez vous à partir de 1€/mois.
Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.