Dimanche 25 juin, 19h. Sous un soleil radieux, avec le pont de Saint-Nazaire pour décor, un paquebot de croisière mythique, le Queen Mary 2, s’élance sur l’Atlantique. A ses côtés, quatre maxi-trimarans rutilants hissent leur grand voile, tandis qu’un Airbus A380, le fleuron de l’avionneur européen, survole la flottille. Rien à dire : l’image est belle. Certes, le tableau a été soigneusement composé, le ballet des machines à voile et à moteur patiemment scénarisé. Qu’importe ! Venues essentiellement de la région pour assister au départ de « The Bridge », plusieurs . . .

Cet article est réservé à nos abonnés, pour lire la suite de l'article :
Découvrez Mediacités gratuitement pendant 24h !
Abonnez vous à partir de 1€/mois.
Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.