«Pourquoi tu caches ton visage, pourquoi t'es couvert comme ça ? », tance un couple de retraités en colère. L’apostrophe s’adresse à un jeune homme vêtu de noir, dont on aperçoit juste les yeux, debout derrière une large banderole. « Ordonnances, état d’urgence, destituons Macron » peut-on y lire, à côté d’un capitaine Haddock peint poing levé, la mention "fiché S" inscrite sur son pull marin. « On vous laissera pas casser ! », surenchérit l’homme. Les invectives fusent des deux côtés. « On gagnera rien en manifestant comme vous », rétorque le jeune . . .

Cet article est réservé à nos abonnés, pour lire la suite de l'article :
Découvrez Mediacités gratuitement pendant 24h !
Abonnez vous à partir de 1€/mois.
Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.