Pour rejoindre Adbel Zibar, il faut longer les grilles du collège Ernest Renan, à Saint-Herblain, au cœur du quartier Bellevue. Puis suivre les rangées de légumes, d’aromates et de bacs en bois abritant mûroises, framboisiers et autres plantes cultivées par et pour les habitants. C’est à l’ombre d’un grand pin qu'on le retrouve, occupé à ouvrir les grilles d’un poulailler. « Mon premier geste de la matinée, c’est de libérer les poules pour qu’elles puissent gambader en plein air », lance ce quadragénaire à l’allure athlétique. Baptisées Blanchette, Grisette et Maronnette par les enfants du quartier, leur présence détonne au pied de ces immeubles d’habitat social aux façades grises. Chaque jour, elles pondent des œufs que les habitants viennent récupérer, après s’être inscrits sur une liste. « Ça marche super bien ! », sourit le directeur de l’association Riche-Terre, cheville ouvrière de ce projet soutenu par de nombreuses institutions locales.        

Dans ce quartier à cheval entre Nantes et Saint-Herblain, au cœur d’une vaste opération de rénovation urbaine, les indicateurs sociaux sont au rouge : seuls un tiers des ménages sont imposables (contre 60 % dans la ville de Nantes), 20 % des familles sont monoparentales, 14 % des habitants ont un diplôme supérieur au bac (contre 40 % à Nantes) et 20 % sont au chômage. Dans ce contexte, « la petite ferme urbaine de Bellevue » porte de grandes ambitions pour redorer son image et offrir de nouvelles perspectives.

Sa pièce maîtresse ? Rien de spectaculaire au premier abord : un composteur collectif permettant de récupérer les déchets des habitants, en vue de fabriquer d'enrichir le sol et d'alimenter les cultures le plus naturellement possible. « Notre seul traitement, c’est de mettre de la pr . . .

Cet article est réservé à nos abonnés, pour lire les 80% restants de l'article :
Découvrez Mediacités gratuitement pendant 24h !
En renseignant votre e-mail, vous acceptez de recevoir nos newsletters (2 par semaine) et des offres d'abonnement.
Abonnez-vous pour 6,90€/mois ou 59€/an.
Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.
Florence Pagneux
Après avoir débuté comme journaliste spécialisée en éducation à Paris, elle a débarqué à Nantes pour devenir correspondante du quotidien La Croix. C'est devenu son port d'attache, entre reportages pour toutes les rubriques du journal et enquêtes au long cours sur des sujets de société. Présidente du Club de la presse de Nantes, elle donne aussi des cours de journalisme à Audencia SciencesCom.