Moins de ménages surendettés en Loire-Atlantique
Jeudi 7 février, la Direction régionale des finances publiques (DRFIP), a rendu public les chiffres 2018 du surendettement des ménages en Loire-Atlantique. Première bonne nouvelle : l’an dernier, le nombre de dossiers déposés devant la commission a diminué de 20 % par rapport à 2017 et passe sous la barre des 2 500 (2 434, très exactement, dont une petite moitié de "re-dépôts"). Soit une baisse conforme à ce que l'on observe au niveau national. Seconde bonne nouvelle : les habitants de Loire-Atlantique sont relativement moins surendettés que le reste de la région et du pays, avec 213 situations pour 100 000 habitants. À titre de comparaison, on en comptabilisait 318 pour 100 000 en Pays de la Loire et 343 pour 100 000 en France, en 2017 (derniers chiffres fournis par la Banque de France).
Dans son étude, la DRFIP dresse également le "profil-type" de la personne surendettée dans le département. Il s'agit généralement d'une personne seule, entre 40 et 60 ans, sans enfant à charge, généralement locataire, disposant de ressources (très) inférieures à 2 000 euros par mois, et dont les dettes sont généralement constituées de charges courantes (loyer, énergie, transports, communication, etc) et de crédits à la consommation.
T.D.
 

De Rugy, Baupin et l’embarrassant dîner
Malaise… Interrogé sur Europe 1 mardi 12 février, François de Rugy avait du mal à cacher son embarras suite aux révélations du Figaro, la veille. Que racontait le quotidien ? Que quatre jours avant le début du procès pour diffamation intenté par Denis Baupin contre Mediapart, France Inter et les femmes qui

Il vous reste 78% de cet article à découvrir !
Abonnez-vous sans engagement de durée
pour lire la suite et 800 autres enquêtes exclusives.
Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.

Pourquoi s'abonner à Mediacités ?

  • 100% indépendant, seuls nos lecteurs nous font vivre.
  • Aucune pub, jamais !
  • Des enquêtes et révélations exclusives.
  • Soutenez un contre-pouvoir dans votre ville
  • Comprendre les enjeux nationaux par le local.
La curiosité est un beau défaut,
vous aussi, adoptez Mediacités !