D’ouvriers à « partagés », la réinvention des jardins familiaux de Lyon

De Vaise à Gerland, en passant par les rives de Saône, l’agglomération compte près de 4000 parcelles potagères cultivées par des particuliers. Si leur fonctionnement n’a (presque) pas changé depuis la fin du XIXe siècle, les nouveaux usages et la concurrence d’autres lieux remettent en question leur fonction nourricière.

JardinsRhodia
Une parcelle des jardins de la Rhodia, près de la montée de l’Observance, à Lyon. Photo : B.Flipo.

Alors que l’orage a cessé moins de deux heures auparavant, les lieux sont un peu désertés. Mais entre les carottes, les poireaux et les roses qu’il cultive depuis des décennies, Bernard Donfut, 72 ans, fait volontiers visiter les jardins de la Rhodia. Cet ancien routier y est responsable de section, élu par ses pairs pour faire respecter les règles du jardin. Sur les pentes raides de

Découvrez Mediacités gratuitement pendant 48h

Profitez de deux jours pour lire cet article et parcourir tous nos autres contenus :

En renseignant votre adresse e-mail, vous acceptez nos conditions générales d’utilisation.
Mediacités s’engage à ne pas céder votre adresse e-mail à des tiers. En cas d'échec, écrivez à contact@mediacites.fr

  • Accédez aux 4 éditions de Mediacités gratuitement (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse) pendant 48 heures
  • Découvrez un média 100% indépendant et sans aucune publicité

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. En vous abonnant aujourd’hui, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Temps de lecture : 5 minutes

Par Blandine Flipo