Direct – Retour sur la soirée électorale du second tour des élections régionales

La nouvelle répartition des sièges au sein du conseil régional des Pays de la Loire


Les informations à retenir à l’issue du second tour

  • Très large victoire de Christelle Morançais. La présidente du conseil régional des Pays de la Loire est réélue avec 46,3% des voix, selon les premières estimations. C’est 12 points de plus qu’au premier tour, avec une abstention équivalente ou presque.
  • Autre grande gagnante de la soirée : l’abstention. Elle atteindrait 68,5% des voix. C’est un – tout petit – peu mieux que lors du premier tour (69,27%). Les Pays de la Loire restent la deuxième région la plus abstentionniste de France derrière le Grand Est.
  • Lourde déception pour Matthieu Orphelin. Avec 34,6% des voix, le candidat écolo ne réussit pas à dépasser la simple addition des scores de sa liste et de celle de Guillaume Garot au premier tour. Pas de dynamique à gauche donc qui termine près de 12 points derrière Christelle Morançais.
  • Nouvelle baffe pour de Rugy et Juvin. Après leurs résultats décevants du premier tour, le candidat LREM et celui du Rassemblement National font encore moins bien. Ils recueillent respectivement 8,3% et 10,8% des suffrages. 

21h45 : Hervé Juvin (RN) tente de masquer l’ampleur de sa défaite

Voilà qui ressemble à une tentative un peu désespérée de faire passer une – lourde – défaite pour une – maigre – victoire. Alors qu’Hervé Juvin (RN) réaliserait au second tour un score inférieur à celui du premier (10,8% contre 12,5%) et très loin du résultat obtenu par le FN en 2015 (19,74% au second tour), le candidat lepéniste trouve néanmoins une raison de se réjouir. Sur France 3, il se félicite ainsi que son parti obtienne (selon ses calculs) 7 élus dans le nouveau conseil régional, contre 6 dans le précédent. Une drôle de manière de compter : car si le groupe RN à la Région ne compte à l’heure actuelle que 6 représentants, c’est lié à la scission qu’il a connu lors du précédent mandat. 7 de ses anciens élus s’en sont en effet désolidarisé pour former leur propre groupe. En 2015, le candidat FN Pascal Gannat avait en réalité obtenu 13 élus. Soit presque deux fois plus qu’Hervé Juvin.  

21h30 : Christelle Morançais joue toujours la carte sécuritaire

Sa réélection à peine annoncée, la présidente sortante des Pays de la Loire continue de creuser le même sillon : celui de la sécurité. Lors de son discours de victoire puis sur France 3, elle explique que sa première mesure sera la création d’un poste de vice-président chargé de la sécurité. Si cette dernière ne relève que très marginalement des compétences régionales, l’élue LR en avait fait un marqueur de sa campagne, mettant notamment en avant son pacte régional de sécurité, une mesure d’aide à l’équipement des polices municipales pourtant jugée illégale par un tribunal administratif, comme Mediacités l’avait révélé

Sur le plateau de France 3, la présidente de région a refusé de donner le nom de son futur vice-président chargé de la sécurité. Un nom a pourtant été plusieurs fois mis en avant au cours de la campagne. Celui de Benoît Barret, numéro 6 sur la liste sarthoise de Christelle Morançais, et secrétaire national du syndicat Alliance Police. Cet habitué des plateaux des chaines tout info figure même en bonne place dans le document de campagne de la candidate LR. 

Barret

21 heures : lourde défaite pour Matthieu Orphelin

Les écologistes, et plus globalement la gauche, caressaient l’espoir de faire basculer la région Pays de la Loire, où le scrutin semblaient plus serré qu’ailleurs. Il ne l’a pas été. Christelle Morançais (LR) l’emporte très largement et pour Matthieu Orphelin la défaite est sévère. La stratégie d’une union large de la gauche, de la France Insoumise aux Radicaux en passant par le PS et EELV n’a pas fonctionné. Il n’y a pas eu de dynamique. La liste issue de la fusion avec celle de Guillaume Garot n’a pas réussi à mobiliser : son résultat ne dépasse pas l’addition des listes Orphelin et Garot au premier tour.

Orphelindefaite
Matthieu Orphelin prononçant son discours de défaite devant ses partisans au soir du second tour des élections régionales en Pays de la Loire. / Capture d’écran France 3

Devant ses partisans rassemblés dans un café nantais, le candidat écolo est apparu marqué. Dans un texte lu, le député a reconnu sa défaite et adressé ses « félicitations républicaines » à la présidente de région. « Le contexte national n’est pas porteur au changement d’exécutif dans les régions françaises », observe-t-il, avant de souhaiter que Christelle Morançais soit « une présidente ouverte à l’égard de sa nouvelle opposition ».

Le verbatim du discours de Matthieu Orphelin

Je veux, tout d’abord, remercier les électrices et les électeurs qui ont soutenu notre projet écologique et solidaire par leur vote ce dimanche. Notre projet issu d’un rassemblement de citoyennes, de citoyens, de partis politiques et fruit de la fusion avec la liste de Guillaume Garot a su les convaincre des solutions que nous proposons face aux urgences écologiques et sociales.
Vous comprendrez ma déception ce soir. Cette campagne a été longue, parfois difficile, mais toujours enthousiasmante, faite de milliers de belles rencontres et je veux remercier toutes celles et tous ceux qui se sont engagés à nos côtés. D’autres combats viendront très vite car la situation exige que nous restions mobilisés pour transformer notre société et répondre aux enjeux écologiques, en particulier face au dérèglement climatique qui devient hors de contrôle partout. Ce combat pour le climat, pour la solidarité,  et pour les générations futures restera mon principal combat tant notre avenir dépend de cela.
J’adresse mes félicitations républicaines à Christelle Morançais pour sa réélection. J’espère qu’elle sera une Présidente ouverte à l’égard de sa nouvelle opposition car je suis persuadé que le contexte actuel nécessite de regarder différemment certains choix de société et d’agir beaucoup plus fort et plus rapidement. Notre défaite s’inscrit dans un contexte national peu porteur au changement d’exécutif dans toutes les régions françaises.
Nous avons semé avec Guillaume GAROT, les 20 partis de gauche qui nous soutenaient et la force citoyenne que nous avons levée un espoir à gauche, un espoir pour l’écologie, un espoir pour le climat,  un espoir pour la justice sociale, pour l’emploi local. Je suis persuadé que tout cela portera, bientôt, de futures victoires. 
L’abstention est restée, ce soir, la grande gagnante de l’élection, cette situation demande une profonde réflexion sur l’état de notre démocratie. A moins d’un an de l’échéance présidentielle, les enjeux sont déterminants pour notre avenir.
Je veux, enfin, remercier toute mon équipe qui a réalisé un travail important avec un engagement total au service du projet que nous présentions. Leur soutien a été pour moi, pour tous les candidates et candidats un élément essentiel de cette campagne. Le combat continue et nous serons chaque jour plus nombreuses et plus nombreux à le mener.

20 heures : Premières estimations

D’après l’institut Ipsos / Sofra Steria, Christelle Morançais arriverait largement en tête de ce second tour, avec 46,3% des voix. La présidente LR sortante devance de plus de onze points le député Matthieu Orphelin (34,6%) qui menait la liste d’union de la gauche. Christelle Morançais sera présidente de région six années supplémentaires. Une victoire personnelle qui menait pour la première fois campagne sur son nom. Elle fait même mieux que son prédécesseur Bruno Retailleau en 2015.

 

De leur côtés, le candidat du Rassemblement National, Hervé Juvin (10,8 %) et le macroniste François de Rugy (8,3 %), font moins bien qu’au premier tour. Le score de Matthieu Orphelin correspond à l’addition de ceux réalisés au premier tour par sa liste et par celle du socialiste Guillaume Garot. Il n’a pas réussi à élargir son socle électoral quand la présidente sortante engrange douze points de plus que dimanche dernier.

19h50 : estimation de la participation en très légère hausse

D’après une estimation d’Ipsos / Sofra Steria, l’abstention en Pays de la Loire pour ce second tour des élections régionales atteindrait 68,5% des voix. C’est un – tout petit – peu mieux que lors du premier tour où elle avait atteint 69,27%. Les Pays de la Loire restent la deuxième région la plus abstentionniste derrière le Grand Est.

Premières estimations : d’après l’institut Ipsos / Sofra Steria, Christelle Morançais arriverait largement en tête de ce second tour, avec 46,3% des voix. La présidente LR sortante devance de plus de onze points le député Matthieu Orphelin (34,6%) qui menait la liste d’union de la gauche. 

19 heures : rappel des résultats du premier tour

Dimanche dernier, 20 juin, la présidente LR sortante du conseil régional des Pays de la Loire est arrivée largement en tête du premier tour. Avec 34,29% des voix, elle devançait largement l’écologiste Matthieu Orphelin (18,7%), le socialiste Guillaume Garot (16,31%), le représentant du Rassemblement National Hervé Juvin (12,53%) et l’ancien ministre de la Transition écologique, François de Rugy (11,97%).

 

Une abstention toujours massive. Ce premier tour avait été marqué par une très faible participation. Avec une abstention record (69,27 %), les Pays de la Loire arrivaient en seconde position des régions ayant le moins voté (derrière le Grand Est à 70,39 %). Sur les 2 775 346 inscrits sur les listes électorales, 813 317 seulement avaient soulevé le rideau d’un isoloir au cours de la journée.
La tendance ne semble pas s’inverser pour ce second tour. A 12 heures et à 17 heures, la participation plafonnait encore à des niveaux très faibles : 27,31% à 17 heures soit 0,5 points de plus que la semaine précédente (26,78%).

Si vous souhaitez nous adresser des documents en passant par une plateforme sécurisée et anonymisée, rendez-vous sur pals.mediacites.fr

Point final.

Benjamin Peyrel
Co-fondateur de Mediacités et rédacteur en chef de son édition nantaise. Avant de me lancer dans cette aventure, j'ai débuté au quotidien La Croix et suis passé par différentes rédactions (L’Humanité, Le Parisien, etc), avant de rejoindre L’Express et d'écumer préfectures et sous-préfectures pendant dix ans. Je m’intéresse notamment aujourd’hui aux montagnes de données que les collectivités comme les citoyens produisent quotidiennement et aux moyens de les utiliser pour faire avancer l'information.

Réagir à l'article

Merci d'entrer votre commentaire !
Merci d'entrer votre nom ici