Bidule_carre_512pxLogo Wauquiez : après les lycéens, les fanfares

Pour répandre son logo, l’imagination de la région Auvergne-Rhône-Alpes n’a pas de limites ! Nous vous avons raconté, la semaine dernière, comment la collectivité présidée par Laurent Wauquiez appose son macaron jusque sur l’équipement des lycéens pro via le Pass’Région (après les manuels scolaires, les panneaux à l’entrée des villages, etc.). Notre article a fait rire jaune les opposants de l’ancien patron des Républicains. « Au-delà du gaspillage d’argent public, cela en devient grotesque cette manière de marquer son territoire », tweetait le président du groupe socialiste Jean-François Debat [voir ci-dessous].

Ce n’était qu’un début ! Au tour désormais des fanfares et autres formations musicales. Dans la nouvelle « annexe à la convention attributive de subvention », que Mediacités reproduit ci-dessous, la région demandera désormais aux associations musicales qui recevront des subsides de sa part de faire porter un badge « indiquant le soutien de la Région » à ses musiciens pour « toutes les manifestations publiques ».

conventionfanfares

Dans un communiqué, le groupe des élus LREM de la région s'est ému de « cet affichage systématique [qui] commence à coûter cher à notre collectivité ». « L’enveloppe communication n’étant pas extensible, le Président LR pioche maintenant dans les budgets régionaux », attaquent-ils, mentionnant aussi l’habillage, aux couleurs de la région, de bus et d’abribus, financé par l’enveloppe dédiée aux transports. Autrement dit, si vous êtes lycéen, musicien et que vous vous déplacez en autocar, mieux vaut apprécier le bleu azur du fameux logo…

 


Bidule_carre_512pxLatouche : le patron de Fiducial se met Belle-Île à dos

 L’actualité lyonnaise se lit parfois dans les pages… d’Ouest-France. Dans son édition du 30 août dernier, le quotidien régional nous apprend que le fondateur du groupe Fiducial Christian Latouche (qui possède entre autres Sud Radio et le magazine Lyon Capitale) a déclenché une bronca à Belle-Île-en-Mer, dans le Morbihan. En cause ? Le rachat, discret jusqu’alors, de parcelles de-ci de-là en vue de constituer un domaine viticole d’une vingtaine d’hectares (oui, la Bretagne a été un territoire viticole dès le Moyen-âge et pourrait bien le redevenir à la faveur du changement climatique, comme le raconte Le Télégramme). Le champion de l’expertise-comptable, déjà propriétaire d’un domaine en Provence depuis 2008, envisage d’y produire du vin biologique, d’après son œnologue cité par Ouest-France.                          

Seulement, les emplettes du patron lyonnais, 58e fortune de France selon le dernier classement de Challenges, inquiètent les insulaires. Des habitants du village de Port Coter se sont constitués en collectif de défense. « Nous nous opposons à ce projet en l’état : il s’agit d’un projet de grande ampleur, déclare au journal breton un de ses membres. (…) Quand on sait que la taille moyenne en France d’une exploitation viticole est de 1,2 hectare, on peut parler d’agriculture intensive. » Les opposants redoutent les conséquences que les plantations de ceps pourraient avoir sur l’aspect de la côte sauvage et sur la biodiversité. De quoi faire tourner au vinaigre les plans de Christian Latouche ?


Bidule_carre_512px

Latouche (bis) : revers judiciaire sur fond de soupçons d’évasion fiscale

« Les emmerdes, ça vole toujours en escadrille », disait Jacques Chirac. Christian Latouche pourrait reprendre l’expression à son compte, car son été fut aussi marqué par un sérieux revers judiciaire. Gotham City, publication spécialisée dans la criminalité économique, a ainsi relevé que, le 25 juillet dernier, la Cour administrative d’appel de Lyon avait contesté l’interprétation du code général des impôts par le patron de Fiducial, soupçonné d’évasion fiscale.

Fiducial
Bureaux du groupe Fiducial, dans le 9e arrondissement de Lyon. Photo : NB/Mediacités.

Depuis 1988, Christian Latouche a domicilié au Luxembourg – un paradis fiscal – une holding baptisée Fiducial financière du Luxembourg (FFL). Officiellement, elle a été créée pour « lever des fonds afin de développer le groupe ». Le fisc français en doute sérieusement, soulignant que FFL ne dispose ni de locaux, ni de personnel et qu’elle n’a jamais procédé à une quelconque levée de fonds, détaille Gotham City. L’administration fiscale subodore que la société a permis de « rétribuer l’activité en France des époux Latouche » en bénéficiant d’une fiscalité particulièrement clémente (0,2%). Faux, affirme le patron lyonnais qui prétend que FFL est déficitaire et donc non imposable. Prière de le croire sur parole ? Dans son arrêt, la Cour administrative d’appel considère que les pièces fournies par Christian Latouche sont trop incomplètes « pour s’assurer de la réalité et de la sincérité des comptes présentés ». Pour un expert de la comptabilité, cela fait désordre.    


Bidule_carre_512px

Municipales : EELV opte pour Doucet

Elections 2020

Changement de visage et de stratégie chez les écologistes lyonnais. Les militants d’Europe écologie-Les Verts (EELV) ont désigné, la semaine dernière, Grégory Doucet, pour conduire leur parti à l’élection municipale de mars prochain. Ce professionnel de l’humanitaire – il travaille pour Handicap International –, secrétaire d’EELV Lyon et inconnu du grand public a gagné haut la main la primaire (61%) face au vice-président de la Métropole Bruno Charles qui ne recueille que 35% des suffrages. Le conseiller municipal Etienne Tête s’était lui aussi porté candidat et échoue à 4%. Pouvaient voter les 187 adhérents d’EELV mais aussi les 600 signataires de l’appel « Changer Lyon », pétition « lancée après le succès de la Marche pour le Climat », rappelle La Croix. Une ouverture qui a incontestablement bénéficié à Grégory Doucet.

Sa victoire marque une rupture après des années de participation des écologistes aux majorités de Gérard Collomb puis de David Kimelfeld au Grand Lyon. « La pensée macroniste est une pensée du XXe siècle. La République en marche ne nous a pas démontré son engagement sur l’urgence climatique », cingle, sur BFM Lyon Métropole, le nouveau candidat. Reste la question des alliances à gauche. En visite à Lyon avant le vote des écologistes lyonnais, l’eurodéputé Yannick Jadot avait exclu tout rapprochement avec d’éventuels partenaires. Sa ligne : présenter des listes EELV autonomes au premier tour des élections municipales et métropolitaine. Ce n’était pas tout à fait celle de Grégory Doucet qui a participé à l’initiative « Madame Z », candidature dans un premier temps mystère en vue de rassembler les diverses chapelles lyonnaises de la gauche et des écologistes. Depuis, le gagnant de la primaire semble avoir accordé ses violons avec Yannick Jadot : « Réunissons les écologistes au premier tour. Au second, nous ferons des alliances autour d'un programme ».


Bidule_carre_512pxQuand Gérard Collomb jongle avec les indemnités

indem collombDu grand art. Pendant son passage au gouvernement, de mai 2017 à octobre 2018, Gérard Collomb a déserté les conseils de la Métropole et, comme le prévoit le règlement de la collectivité, son indemnité mensuelle d’élu du Grand Lyon (1312 euros) a été divisée par deux : tout conseiller métropolitain absent à plus de quatre assemblées plénières par trimestre ne touche que 50% de ses subsides. Mais le baron a plus d’un tour dans son sac ! Comme l’a découvert Lyon Capitale, Gérard Collomb a « compensé » ce manque à gagner via le Syndicat mixte d’études et de programmation de l’agglomération lyonnaise (Sepal). Cet organisme, qu’il préside sur le papier, a pour raison d’être l’élaboration du schéma de cohérence territoriale. Il se trouve toutefois un peu « en veille », selon son 1er vice-président Jean-Yves Sécheresse, cité par nos confrères.

Pas grave : à partir de février 2018, le Sepal commence à verser une indemnité à Gérard Collomb. En tout, le maire de Lyon touchera, l’an dernier, un peu plus de 9100 euros de la part de ce syndicat. L’opération est légale même si le caractère « effectif » de sa présidence au Sepal interroge fortement. « De fait, Gérard Collomb n’a jamais vraiment présidé le Sepal depuis 2014 », écrit Lyon Capitale et c’est Jean-Yves Sécheresse qui signe, depuis 2015, les budgets primitifs du Sepal. Du côté de l’hôtel de ville de Lyon, on argue qu’avant sa période place Beauvau, Gérard Collomb ne touchait rien du Sepal car il était écrêté. En clair : il touchait déjà le maximum d’indemnités autorisé en cumulant la mairie et la présidence de la Métropole. Et que ce n’est que tardivement, en février 2018, que le Sepal se serait aperçu qu’il pouvait verser une indemnité à celui qui était alors ministre de l’Intérieur (et rémunéré, à ce titre, 9440 euros brut mensuels). Plus c’est gros…      

Relire aussi notre enquête : "Gérard Collomb : ministre ou non, jamais sans ses indemnités lyonnaises"

 


Bidule_carre_512pxDécrocher le portrait de Macron, un acte « légitime »

« Un jugement qui va rentrer dans les annales judiciaires », écrit ce mardi Le Progrès. Fanny Delahalle et Pierre Goinvic, décrocheurs du portrait officiel d’Emmanuel Macron dans la mairie du 2e arrondissement de Lyon ont été relaxés, lundi 16 septembre. Ils étaient poursuivis pour « vol en réunion » lors d’un procès médiatique et qui avait mobilisé les défenseurs de la cause écologiste [lire l’œil de Mediacités du 3 septembre dernier]. En décrochant la photo du président de la République, les deux militants entendaient dénoncer son inaction face à l’urgence climatique. Le parquet avait requis 500 euros d’amende.

Mais le juge ne l’a pas entendu de cette oreille. Selon lui, l’action de Pierre Goinvic et Fanny Delahalle constitue « un trouble à l’ordre public très modéré ». Mieux, il légitime le décrochage en considérant qu’il peut relever du « substitut nécessaire du dialogue impraticable entre le président de la République et le peuple ». Autrement dit : faute de pouvoir s’adresser directement à Emmanuel Macron, l’interpeller en décrochant sa photo en mairie peut se justifier. « C’est un grand événement, a commenté sur France Info l’ancienne ministre écolo Cécile Duflot, venue soutenir à la barre les deux accusés. Le juge a été très courageux. » Le parquet a fait appel de la décision.