Métropolitaine : greenwashing intégral (ou presque) pour Collomb

En un meeting et une interview dans Le Progrès, Gérard Collomb a changé de couleur. Le maire de Lyon, candidat à la présidence de la Métropole, est passé au vert… lui aussi. Ce samedi 14 décembre, le baron réunissait ses troupes au Ninkasi de Gerland pour « une réunion de travail qui avait des airs de meeting », note Lyon Capitale. Un seul mot à la bouche : écologie. « Positive et non punitive », a asséné l’ancien ministre. Concrètement ? « Plus de jardins », « augmenter les surfaces des terres agricoles », des bornes pour recharger les voitures électriques, un « RER à la Lyonnaise » (l’idée phare du rallié UDI Christophe Geourjon), le report des camions sur le rail grâce au Lyon-Turin, etc., etc. « C’est par l’alliance de l’économie et de l’écologie que nous nous démarquerons », ambitionne le candidat.

Le lendemain, dans Le Progrès, il confirme et signe : des navettes fluviales électriques sur le Rhône et la Saône, des potagers « sur le principe des jardins ouvriers » dans l’Est lyonnais, des arbres, « fruitiers y compris », etc., etc. « On va planter beaucoup et on va planter partout », promet-il.

Son virage écolo lui fait-il abandonner l’Anneau des sciences, ce projet de périphérique ouest qui divise les prétendants au trône du Grand Lyon ? Que nenni ! « Je veux . . .

Plus que jamais, votre ville a besoin d'un média indépendant.

Abonnez-vous dès 5€ par mois

ou lisez nos derniers articles librement pendant 24h