Un ponte des écoles d'ingénieurs pour succéder au directeur de Centrale Nantes
Comme nous vous le racontions dans L’œil du 9 janvier, Centrale Nantes était un canard sans tête depuis la démission de son directeur Arnaud Poitou le 31 décembre, dans la foulée d’un vote de défiance de son CA trois semaines plus tôt. Ce n’est plus le cas depuis hier, mercredi 15 décembre. Marc Renner a été nommé par le Ministère de l’enseignement supérieur pour assurer l’intérim « jusqu'à la prise de fonctions d'un nouveau directeur », comme l’a annoncé l’école d’ingénieurs. Ce Mulhousien, ingénieur de formation, a gravi tous les échelons académiques dans l’Est. De professeur en 1984 jusqu’à directeur de l’ENSA Strasbourg en 2019 et même président de la puissante Conférence des directeurs des écoles françaises d'ingénieurs (CDEFI) jusqu’en mars dernier. À 63 ans (et bientôt à la retraite), ce ponte semble avoir le profil recherché pour pacifier une école, secouée par la gestion « clanique » de son prédécesseur. T.D.

 

Quand les labos font du lobbying au CHU
#TransparenceCHU… Derrière ce hashtag apparu sur les réseaux sociaux vendredi dernier, se cache une série de passionnantes enqu . . .

Plus que jamais, votre ville a besoin d'un média indépendant.

Abonnez-vous dès 5€ par mois

ou lisez nos derniers articles librement pendant 24h


Benjamin Peyrel  et  Thibault Dumas
Co-fondateur de Mediacités et rédacteur en chef de son édition nantaise. Avant de me lancer dans cette aventure, j'ai débuté au quotidien La Croix et suis passé par différentes rédactions (L’Humanité, Le Parisien, etc), avant de rejoindre L’Express et d'écumer préfectures et sous-préfectures pendant dix ans. Je m’intéresse notamment aujourd’hui aux montagnes de données que les collectivités comme les citoyens produisent quotidiennement et aux moyens de les utiliser pour faire avancer l'information.