Pour dialoguer avec la jeunesse, Sarah El Haïry a encore des progrès à faire

Épinglée dans nos colonnes, jeudi dernier, pour le financement de sa campagne législative de 2017, la secrétaire d’État chargée de la Jeunesse passe décidément un mauvais automne. Le 22 octobre dernier, c’est une rencontre avec une centaine de jeunes qui a tourné au « dialogue de sourds ». A l’invitation de la Fédération des centres sociaux et socioculturels de France (FCSF), l’ancienne députée Modem de Nantes devait discuter avec des lycéens venus de toute la France de la place des religions dans la société. Mais l’échange a rapidement tourné court, raconte l’hebdomadaire catholique La Vie, dans un long article publié le 30 octobre mais largement partagé et commenté cette semaine sur les réseaux sociaux.

D'après nos informations, confirmées par l'organisateur (la Fédération des centres sociaux et socioculturels de France), Sarah El Haïry aurait été si mécontente de cette rencontre (et de ses répercussions dans la presse), qu'elle a demandé aux services du ministère (l'Inspection Générale de l’Éducation, du Sport et de la Recherche, en l’occurrence) de lancer une inspection sur cette association reconnue d'utilité publique, créée en 1922 et qui fédère près de 1200 centres sociaux implantés partout en France.

Dans

Envie de lire la suite ?

Profitez de 24h d'accès gratuit pour lire cet article et tous les autres !

C'est parti !

Benjamin Peyrel
Co-fondateur de Mediacités et rédacteur en chef de son édition nantaise. Avant de me lancer dans cette aventure, j'ai débuté au quotidien La Croix et suis passé par différentes rédactions (L’Humanité, Le Parisien, etc), avant de rejoindre L’Express et d'écumer préfectures et sous-préfectures pendant dix ans. Je m’intéresse notamment aujourd’hui aux montagnes de données que les collectivités comme les citoyens produisent quotidiennement et aux moyens de les utiliser pour faire avancer l'information.

Précédemment dans l'Oeil

Beaux-Arts de Nantes : la mansuétude de la Métropole pointée par la Chambre régionale des comptes

Dans un nouveau rapport rendu public cette semaine, les magistrats financiers relèvent la dette importante de l’École des Beaux-Arts de Nantes - Saint-Nazaire. Et les risques qu'elle fait peser sur la collectivité.

Le préfet de Loire-Atlantique attaque l’arrêté anti-pesticides de La Montagne… qui fait des petits en Ile-de-France

[Info Mediacités] Sommé par la préfecture de retirer son arrêté anti-pesticides d'un nouveau genre, le maire de la commune de l'ouest nantais refuse. Et relance la guérilla juridique entre villes et État autour de ces textes. D’autres mairies publieront d'ailleurs un arrêté équivalent la semaine prochaine.