Pour dialoguer avec la jeunesse, Sarah El Haïry a encore des progrès à faire

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 3 minutes

Par Benjamin Peyrel

Dans un reportage, l'hebdomadaire La Vie revient sur une rencontre particulièrement tendue entre la secrétaire d’État à la jeunesse et une centaine de lycéens. Édifiant.

Épinglée dans nos colonnes, jeudi dernier, pour le financement de sa campagne législative de 2017, la secrétaire d’État chargée de la Jeunesse passe décidément un mauvais automne. Le 22 octobre dernier, c’est une rencontre avec une centaine de jeunes qui a tourné au « dialogue de sourds ». A l’invitation de la Fédération des centres sociaux et socioculturels de France (FCSF), l’ancienne députée Modem de Nantes devait discuter avec des lycéens venus de toute la France de la place des religions dans la société. Mais l’échange a rapidement tourné court, raconte l’hebdomadaire catholique La Vie, dans un long article publié le 30 octobre mais largement partagé et commenté cette semaine sur les réseaux sociaux.

D'après nos informations, confirmées par l'organisateur (la Fédération des centres sociaux et socioculturels de France), Sarah El Haïry aurait été si mécontente de cette rencontre (et de ses répercussions dans la presse), qu'elle a demandé aux services du ministère (l'Inspection Générale de l’Éducation, du Sport et de la Recherche, en l’occurrence) de lancer une inspection sur cette association reconnue d'utilité publique, créée en 1922 et qui fédère près de 1200 centres sociaux implantés partout en France.

Dans

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment