Bidule_carre_512pxL'étonnante vente du château de Céleyran par la Région Occitanie

Le château de Céleyran, situé entre Narbonne et Béziers, est au coeur d'une polémique. Comme l'a expliqué France 3 Occitanie, ce domaine vient d'être vendu par la Région Occitanie dans des conditions qui suscitent l'étonnement. Au départ, cet ensemble prestigieux, où Toulouse-Lautrec a vécu, avait été acquis en 2009 par la Région Languedoc-Roussillon pour la somme de 8 millions d'euros. Dix ans plus tard, dégradé par des années de squats et de pillages, puis endommagé en août 2018 par un incendie, le domaine viticole a été revendu 2,4 millions d'euros. L’heureux bénéficiaire ? Gérard Bertrand, le magnat du vin dans le Languedoc.

Cette vente a pourtant été conclue trois mois après que des travaux de remise en état ont été réalisés via un financement de la Région d’environ 600 000 euros. De plus, les marchés n'ont pas bénéficié d'une mise en concurrence. Enfin, ils ont en outre été attribués sur des bases tarifaires très élevées - jusqu'à dix fois le prix de marché !

 


 Bidule_carre_512pxUn économiste hétérodoxe aux côtés de Nadia Pellefigue

Gabriel Colletis rejoint l'équipe de campagne de Nadia Pellefigue pour les prochaines municipales à Toulouse, révèlent nos confrères de La Tribune. Ce professeur de sciences économiques à l'université de Toulouse I-Capitole, ancien directeur du LEREPS, a été l'un des contributeurs du programme économique du parti politique grec Syriza, avant l'arrivée au pouvoir d'Alexis Tsipras.

Cette arrivée, qui ancre la candidate dans une approche hétérodoxe de l’économie, se double de celle de Carole Maurage, comme nous sommes en mesure de l'indiquer. Cette cheffe d'entreprise a fait partie de l'équipe du candidat de La France Insoumise Liêm Hoang Ngoc à la députation sur Toulouse.


Bidule_carre_512pxDes frigos solidaires pour nourrir les Toulousains précaires

C'est notre coup de coeur de la semaine : six étudiants de Toulouse Business School veulent importer le concept des "frigos solidaires" à Toulouse, comme l'indique Actu Toulouse. Cette innovation, venue de Berlin et Londres, a été initiée en France par Dounia Metboul à Paris. Le principe : placer un frigo devant un commerce ou un restaurant afin que les sans-domicile et les précaires puissent venir se servir gratuitement. Le commerçant y dépose ses invendus tandis que les habitants du quartier apportent des denrées alimentaires. A Paris, les promoteurs de l'innovation avancent qu'un frigo permet de nourrir près de 50 personnes par jour.


 Bidule_carre_512pxHyperloop : la piste de test est prête

Le train du futur sur sa rampe de lancement. Ou plutôt de test : Hyperloop Transportation Technologies (HTT) a annoncé le 26 février la fin de l'assemblage, sur les terrains de l'ancienne base aérienne de Toulouse-Francazal, d'une piste d'essai - un tube de 320 mètres - pour son projet de train à lévitation magnétique.

A terme, ce dernier pourrait circuler à la vitesse de 600 km/h, voire jusqu'à 1200 km/h et devenir la locomotive des futurs moyens de transports en commun. La start-up, financée par le milliardaire californien Elon Musk, devrait lancer des expérimentations techniques dès le mois d'avril. Comme le rappellent Les Echos, la ville rose est le centre européen de la R&D de HTT. Mais pour ses tests grandeur nature, la société la société disposera dès l’année prochaine d'une ligne tubulaire de 5 kilomètres à Abu Dhabi.


Bidule_carre_512pxUn robot à l'agence Wilson du Crédit Agricole

La société Inbenta France, en association avec la start-up Cybedroïd de Limoges, va tester un robot dans l'agence du Crédit Agricole de la place Wilson qui aura pour mission d'interagir avec les clients. Doté d’intelligence artificielle, il sera en mesure de répondre à des questions basiques telles que : "Je veux récupérer un chéquier, comment faire ?" ; ou encore "Comment augmenter le plafond de ma carte bleue ?". « À l'aéroport de Genève, quand un robot a été testé, au début forcément des gens ont dit que c'était ridicule ou dangereux. Mais au final, les conseillers étaient contents de ne plus avoir à répondre à des questions répétitives du genre "où sont les toilettes ?" », a expliqué à La Tribune Luc Trunzla, le dirigeant d'Inbenta France. L'expérimentation démarrera courant mars.