Visite parlementaire : l’hôpital psychiatrique de Purpan renacle à lever le voile sur son fonctionnement

En proie à des difficultés, l'établissement de santé a reçu la visite surprise de la députée LFI Anne Stambach-Terrenoir ce vendredi 9 février. Un déplacement sous surveillance auquel la presse n'a pas pu participer librement.

Anne Stambach-Terrenoir, députée LFI Visite hôpital psychiatrie
Anne Stambach-Terrenoir, députée LFI de la Haute-Garonne, a fait valoir son droit de visite à l'hôpital psychiatrique de Purpan. / Crédit photo Gael Cérez

À l’hôpital psychiatrique de Purpan, « on n’a rien à cacher », mais on refuse tout de même l’accès à des journalistes accompagnant une députée. Ce vendredi 9 février, l’élue LFI Anne Stambach‐Terrenoir a fait valoir son droit de visite dans l’établissement de santé du CHU de Purpan, dont une partie du personnel est en grève depuis le 16 janvier. 

La parlementaire voulait en savoir plus sur l’unité psychiatrique UF1. Ce service, qui accueille des patients hospitalisés sous contrainte, est en grande difficulté. Le 28 janvier dernier, l’un d’entre eux a déclenché un incendie dans sa chambre, ce qui a provoqué de nombreux dégâts. L’an dernier, quand des détenus de la maison d’arrêt de Seysses y ont été transférés pour des soins, les soignants se sont retrouvés livrés à eux‐mêmes avec ces « patients‐détenus » non escortés dont ils ne connaissaient pas la dangerosité potentielle. Dans ce service de 24 lits, la consommation de cannabis, crack et cocaïne se banalise selon le personnel.
Visite interdite pour la presse
La députée a fait état de ces difficultés à l’Assemblée nationale, le 17 janvier dernier, mais elle voulait constater par elle‐même. Conviant – comme c’est son droit – deux journalistes pour l’accompagner, l’une de La Dépêche du Midi et l’autre de Mediacités, elle a averti de sa visite la direction du CHU au dernier moment, « car cela permet de voir les choses comme elles sont vraiment ». Mais ce vendredi matin, dans le hall blanc et froid de l’hôpital psychiatrique, l’encadrement de l’établissement a dit non : « Mme la députée pourra visiter l’UF1, mais pas son collaborateur ni la presse ».

Le m …

Nous vous offrons l’accès à cet article

Profitez de deux jours pour lire cet article et parcourir tous nos autres contenus :

En renseignant votre adresse e‑mail, vous acceptez nos conditions générales d’utilisation.
Mediacités s’engage à ne pas céder votre adresse e‑mail à des tiers. En cas d’échec, écrivez à contact@mediacites.fr
  • J’accède aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • Je découvre un média 100 % indépendant, avec 0 % de publicité

Notre survie dépendra de vous

Un journal local, sans pub, qui enquête chaque semaine sur les pouvoirs locaux en toute indépendance. Voilà ce que propose Mediacités. Voilà ce que vous pouvez sauver en prenant ce [contre] pouvoir. Abonnez‐vous aujourd’hui, et faites la différence. 

Notre survie dépend de vous

Un journal local, sans pub, qui enquête chaque semaine sur les pouvoirs locaux en toute indépendance. Voilà ce que propose Mediacités. Voilà ce que vous pouvez sauver en prenant ce [contre] pouvoir. Abonnez‐vous aujourd’hui, et faites la différence.
Je m’abonne

  • J’accède aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • Je soutiens un média 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • J’empêche les pouvoirs locaux de gouverner en rond
  • Je peux résilier mon abonnement à tout moment et facilement

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 7 minutes

Favorite

Par Gael Cérez