Du bio et du local à moindre prix : la solution Vrac pour sortir les quartiers de la malbouffe

Se nourrir sainement, un luxe réservé aux plus aisés ? L’association Vrac, implantée dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville, propose des produits bio et (ou) locaux à prix coûtant grâce à des achats groupés en circuit court. Mais l’initiative, en pleine expansion, vise un objectif plus grand : pousser les pouvoirs publics à combattre l’injustice alimentaire.

2021-09-vrac-01
Illustration : Pierre Leibovici/Mediacités.

«C’est rigolo de jouer à l’épicière une fois par mois. Je m’ennuyais chez moi », sourit Marie-Ange. Ce jeudi 16 septembre, au centre social du Grand Vire à Vaulx-en-Velin, c’est jour de distribution pour l’association « Vrac », acronyme de « Vers un réseau d’achat en commun ». Les bénévoles s’affairent pour disposer les bouteilles d’huile, peser les pâtes, le sucre, les amandes et préparer les commandes des adhérents. Jeune retraitée, Marie-Ange, Vaudoise du quartier de la Soie, s’est investie depuis quatre ans au sein de l’association. D’abord pour

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Temps de lecture : 6 minutes

Par Blandine Flipo