Rendez‐vous est pris au pied des composteurs. Malgré le besoin de se raconter les dernières nouvelles et son expérience du confinement, une quinzaine d’habitantes du Clos Toreau veille à bien respecter les distances de sécurité sanitaire. Un bon mètre au moins entre chacune, elles guettent Nicolas, producteur de légumes des Sorinières, au sud de Nantes, qui vient leur apporter le panier de légumes commandé il y a trois jours. Cette relation directe du producteur au consommateur n’est pas née au temps du Covid‐19. Depuis plusieurs années, à l’initiative de l’association des centres socio‐culturels de Nantes (ACCOORD), cet agriculteur livre ses produits tous les quinze jours à la maison de quartier. Une aubaine pour bénéficier de légumes frais à moindre coût. Mais depuis le confinement, finis les marchés et les allées et venues dans la maison de quartier.

Pas de quoi décourager Anne Gruand. Dès les premiers jours, alors que tout bat un peu de l’aile, cette militante associative de longue date (habitante du quartier et candidate à l’élection municipale sur la liste EELV de Julie Laernoes) prend la décision d’organiser elle‐même la distribution. « Je comprends qu’une institution comme l’ACCOORD ne puisse pas aller à l’encontre des règles fixées par le gouvernement. Mais en tant qu’habitante, j’estimais pouvoir prendre le relais, tout en respectant les consignes de prévention », raconte‐t‐elle. Un appel téléphonique au producteur plus tard, là voilà donc qui prend les choses en main. A l’aide d’un ordinateur et d’une simple impri

🤚STOP Cet article est réservé à nos abonnés.
 Cependant…
😀 Nous vous offrons un accès de 24h pour découvrir nos articles les plus récents
Nous vous enverrons nos dernières enquêtes et des offres d’abonnement.
Ou bien apprenez‐en plus sur Mediacités…
Si vous êtes déjà abonné, connectez‐vous.

Mediacités c’est :

  • Un site 100% indépendant (seuls nos lecteurs nous font vivre)
  • Chaque semaine de nouvelles enquêtes (et plus de 1 300 déjà publiées)
  • Des newsletters sur les municipales (Lille, Lyon, Nantes, Toulouse)
  • La participation aux enquêtes (idées de sujets, documents confidentiels, événements)
  • Le moyen de faire vivre une information libre et sans publicité
La curiosité est un beau défaut,
vous aussi, adoptez Mediacités !
Florence Pagneux  et  Antony Torzec
Après avoir débuté comme journaliste spécialisée en éducation à Paris, elle a débarqué à Nantes pour devenir correspondante du quotidien La Croix. C'est devenu son port d'attache, entre reportages pour toutes les rubriques du journal et enquêtes au long cours sur des sujets de société. Présidente du Club de la presse de Nantes, elle donne aussi des cours de journalisme à Audencia SciencesCom.