L’Autre Hangar, la plateforme de solidarité née du confinement qu’il faudrait pérenniser

D'un côté, des dons qui affluent. De l'autre, des associations en manque de bénévoles et qui font face à une augmentation du nombre de bénéficiaires. À Nantes, durant le confinement, la création de l'Autre Hangar a permis de mettre en lien ces différents acteurs, pour stocker et redistribuer efficacement denrées alimentaires et produits d'hygiène.

AutreHangar
L’entrée de l’Autre hangar, quai Magellan, à Nantes / Photo : Houda Saadi – L’Autre Hangar

Derrière le haut portail bleu dressé face à l'un des bras de la Loire, l'activité aurait dû cesser. À partir du 17 mars, le confinement suspendait tous les événements prévus dans les Ateliers Magellan, friche d'un ancien chantier naval que la métropole de Nantes a mis à disposition du Bureau d'études spatiales (BES), un collectif de création artistique. Pourtant, ces mètres carrés ne sont pas restés vides. Car dès le début du confinement, à quelques centaines de mètres de là, au local de L'Autre Cantine, c'était le branle-bas de combat.              

Depuis sa création à l'été 2018, l’association cuisine et distribue environ 350 repas par jour à des personnes migrantes ou sans abri, relogées ici ou là, vivant à la rue ou dans des squats. Pas question pour elle de s'interrompre. Or après avoir dû fermer en urgence, de nombreux restaurateurs et producteurs se . . .

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 7 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 5 minutes

Par Mathilde Doiezie