L'usine, impressionnante, a poussé derrière l'incinérateur d'ordures ménagères de Bessières, à 30 km au nord de Toulouse. Sous les hautes parois en verre couvertes de buée, 100 000 pieds de Clodano, variété de tomates-grappe mise au point par la multinationale suisse Syngenta, rougissent dans une moiteur tropicale. Un camion-citerne immatriculé dans le 64 (Pyrénées-Atlantiques) vient remplir la cuve de gaz carbonique, injecté dans la serre géante au rythme de 15 tonnes par jour pour doper la production végétative. Cette cathédrale de verre a été érigée en seulement six mois, de la fin de l'été 2015 à l'hiver 2016, dans la zone du Triangle, entre la rue des Maraîchers et l'avenue de l'Industrie.

« Le mot industrie me gène un peu », dit Gilles Briffaud, propriétaire des lieux. A 67 ans, ce serial-agriculteur est fier de faire visiter son nouveau domaine. Jeans, chemise de baroudeur et fins cigarillos. Derrière son look de cow-boy se cache un agro-businessman qui pèse plusieurs millions d'euros. Outre ses terres de Saint-Caprais, à Grenade-sur-Garonne, le « boss » des Serres de Bessières exploite des vignes et des céréales dans le Tarn, produit des pommes et des melons dans le Tarn-et-Garonne, des prunes dans le Lot-et-Garonne, des fraises en Dordogne, etc. « J'ai converti une zone artisanale en terres agricoles », proclame ce diplômé de l'école supérieure d'agronomie de Toulouse-Purpan.

Des pieds de tomates plantés dans des pains de laine de roche plastifiés

En fait de « terres agricoles », les pieds de tomates sont plantés à perte de vue dans des pains de laine de roche . . .

Cet article est réservé à nos abonnés, pour lire les 80% restants de l'article :
Découvrez Mediacités gratuitement pendant 24h !
En renseignant votre e-mail, vous acceptez de recevoir nos newsletters (2 par semaine) et des offres d'abonnement.
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois.
Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.
Avatar de Stéphane Thepot
Correspondant à Toulouse pour la presse nationale (Le Point, Le Monde, L'Express, La Croix) depuis plus de 25 ans, Stéphane a commencé sa carrière dans les radios que l'on disait "libres" et la presse agricole. Il a aussi rédigé un livre-enquête sur les paysans dans l'Aveyron (ateliers Henry Dougier) et un "anti-guide touristique" pour les néo-toulousains (Héliopoles). Diplômé de Sciences-Po Toulouse, il intervient auprès des nouvelles générations d'étudiants qui se destinent au journalisme.