"La typologie des logements assurera l’accès de tous au nouveau grand centre-ville – propriétaires et locataires aux différents niveaux de revenus - de manière à garantir la mixité sociale. » Telle est la promesse figurant sur le site web du colossal projet d'urbanisme Toulouse Euro Sud Ouest (TESO), qui doit métamorphoser le quartier de la gare Matabiau. De quoi dessiner un rictus ironique sur le visage d'Eric. A 50 ans, cet ancien habitant de Bonnefoy, le quartier historique des cheminots à l'est de la gare, est désormais installé « à la campagne ». Il revient parfois faire . . .

Cet article est réservé à nos abonnés, pour lire la suite de l'article :
Découvrez Mediacités gratuitement pendant 24h !
Abonnez vous à partir de 1€/mois.
Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.