Jean-Luc Moudenc se résout à décaler la mise en service de la 3e ligne de métro à 2028

La mise en service de la 3e ligne de métro était promise pour la fin 2025. Il faudra attendre fin 2028 pour l'utiliser. Le maire de Toulouse et président de Toulouse métropole confirme, le 14 décembre, ce qu'il avait déjà laissé entendre en septembre dernier : le décalage du calendrier de construction de cette infrastructure. Raison invoquée : l'impact de l'épidémie de covid-19 sur les finances de la collectivité, estimé à 169 millions d’euros pour cette année.

Prudent, Jean-luc Moudenc n'avait pas précisé l'année de la mise en service de cette ligne dans son programme lors des municipales, tout en promettant, avant la crise covid, de réaliser le chantier avant la fin du mandat 2020-2026. L'édile toulousain avait ensuite conditionné le financement du projet au soutien du gouvernement, au nom de « la solidarité nationale », comme il l'évoquait le 15 juin dans le débat organisé par La Tribune.

Jean-Luc Moudenc assure à présent que les travaux débuteront tout de même en 2022. Ce décalage permet de ne pas « tout sacrifier pour la 3e ligne au détriment des autres projets de transport, au détriment des autres communes que celles desservies par la 3e ligne », assure le maire de Toulouse : « Ainsi, la Métropole conservera sa capacité d’investissement pour d’autres projets nécessaires à nos communes et à nos concitoyens ».

La réalisation d'autres grands projets, comme la rénovation de certains quartiers et la transformation . . .

Envie de lire la suite ?

Profitez de 24h d'accès gratuit pour lire cet article et tous les autres !

C'est parti !

Cet article concerne la promesse :
« Construire la 3ème ligne de métro de Colomiers à Labège »
Voir toutes les promesses
Avatar de Gael Cérez
Nourrit sa curiosité en tant que journaliste depuis l'an deux mille quatorze. S'intéresse aux innombrables facettes de notre société. Rédacteur en chef de Mediacités à Toulouse depuis octobre 2019.

Précédemment dans l'Oeil

La mairie veut expulser les occupants du pavillon Nanta

La mairie de Toulouse est revenue sur sa proposition de signer une convention de relogement avec les associations Abbé Pierre et à Droit au logement.

Les parents d’élèves de l’école privée et de l’école publique se disputent l’usage de la rue Merly

Cette rue étroite dessert une école maternelle publique et un lycée privé. Les parents de l'école publique voudraient la piétonniser à plein temps. Ceux de l'école privée préfèrent y circuler en voiture, avec le soutien de la mairie.