Image d'illustration - Creative Commons - Pikist

Y a-t-il beaucoup de fuites sur le réseau d’eau nantais ? Et combien cela coûte-t-il ?

Question de Jérôme à Veracités : « Cet été, la presse s’est fait l’écho d’une importante fuite d’eau sous le pont Anne de Bretagne à Nantes. D’après ce que j’ai lu, elle ne concernait heureusement pas le réseau d’eau potable. Mais alors que l'eau devient une denrée rare et précieuse, je me demande quand même : y a-t-il beaucoup de fuites sur le réseau nantais. Et comment est-il géré ? »

Bonjour Jérôme,
Merci beaucoup pour votre question, qui en rejoint une autre que s’était posé Mediacités il y a quelque temps, suite à une déclaration de l’ancienne vice-présidente de Nantes Métropole, Mireille Pernot, rapportée par La Gazette des communes. « On a des chiffres catastrophiques [sur le renouvellement du réseau, NDLR], expliquait-elle alors. Actuellement, on n’assure pas nos responsabilités par rapport aux générations futures ». Le propos nous avait bien sûr intrigué et nous avions mené l’enquête, l’actualité (municipales et Covid) nous empêchant ensuite de la publier. Votre question nous en donne l’occasion.

Revenons d’abord rapidement sur la fuite effectivement détectée sous le pont Anne-de-Bretagne cet été. Après enquête des services techniques, il s’avère qu’elle ne concernait heureusement ni le réseau d’eau potable ni celui des eaux usées. Il semblerait plutôt qu’il s’agisse d’un écoulement d’eau de la Loire lié à un dysfonctionnement du réseau d’eau pluviale. Bref, rien à voir avec ce qui coule de votre robinet.

Cela étant dit, quid du réseau d’eau potable nantais et de ses fuites ? D'après

Plus que jamais, votre ville a besoin d'un média indépendant.

Abonnez-vous dès 5€ par mois

ou lisez nos derniers articles librement pendant 24h


Isabelle Jarjaille
Journaliste indépendante​ depuis 2011​, j'enquête sur la gestion des services publics par le privé et son impact sur les finances publiques.​ ​Mon livre enquête "Services publics délégués au privé, à qui profite le deal ?" est sorti le 27 mars 2018​. ​Je suis également en charge du cours Techniques d'enquête en licence Info Com à l'IUT de Lannion et je porte un projet d'éducation aux médias dans deux lycées agricoles. Je suis membre du bureau du Club de la presse de Bretagne, pour promouvoir les médias et ceux qui les font au quotidien : les journalistes, notamment les pigistes.

Posez-nous votre question sur les Municipales


Les dernières réponses de Veracités