Oui, le rideau d’eau du Voyage à Nantes semble bien avoir abîmé le théâtre Graslin

Graslin exterieur
Vue sur le théâtre Graslin, une fois le rideau d’eau démonté. / Photo : Antony Torzec.

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 5 minutes

Par Antony Torzec

C’était l’œuvre emblématique de l’édition 2020 du Voyage à Nantes. Mais le Rideau d’eau sur le théâtre Graslin n’aura pas fait que sublimer cet édifice historique nantais. Il l’aura aussi endommagé. Et plus que ce que l’institution culturelle veut bien reconnaître.

Question d’Émile à Veracités : « J’ai entendu dire que le Rideau d’eau qui avait été installé sur le théâtre Graslin cet été avait causé des dommages au bâtiment. Est-ce bien le cas et si oui de quelle nature ? »

Au nombre de photos publiées sur les réseaux sociaux, « Le Rideau » de Stéphane Thidet déployé sur la façade du théâtre Graslin a battu tous les records. Il faut dire que les moyens n’ont pas manqué pour rendre cette œuvre spectaculaire. Sur le péristyle de l’édifice du XVIIIe siècle, l’artiste a imaginé une immense cascade incessante venant frapper dans sa chute les marches du théâtre. L’eau s’écoulait ensuite dans un immense bassin conçu comme une extension de l’édifice. Effet garanti… jusqu’au démontage de l’œuvre et la découverte d’importantes traces d’infiltration d’eau sur le mur de la façade et sur quatre colonnes corinthiennes. 

Face aux inquiétudes de passants, Le Voyage à Nantes répond fin septembre dans les colonnes de Presse-Océan qu’un simple « nettoyage a été prévu » et qu’il « ne s’agit pas de dégradations ». Même réponse de la mairie lorsque le sujet s’invite au conseil municipal de Nantes deux semaines plus tard. La conseillère municipal LREM et députée Valérie Oppelt questionne alors l’adjoint au Patrimoine Olivier Château : « Nous avons récupéré le théâtre Graslin dans un état . . .

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment