Régionales : Christelle Morançais est-elle une présidente des villes ou une présidente des champs ?

Morancais
Christelle Morançais lors de la présentation de son plan de relance régional le 6 juillet 2020 / Photo : Thibault Dumas

Publié le

Temps de lecture : 3 minutes

Par Brianne Cousin

Lors de son mandat, la présidente LR des Pays de la Loire (et candidate à sa réélection) a-t-elle financé plutôt les villes ou les campagnes ? L'ensemble du territoire ou ses locomotives ? Réponse à la question posée par une lectrice de Mediacités.

Question de Victoire à Mediacités : « Ma mère habite en Mayenne et moi à Nantes. Combien la Région a-t-elle dépensé dans l’aménagement des territoires ruraux et urbains depuis 2016 ? Qu’est-ce que cela représente par rapport aux autres dépenses ? »

Bonjour Victoire, et merci pour votre question. 

« Nous sommes la Région trait d’union entre la ville et la campagne », s’enorgueillit Christelle Morançais dans son programme pour les élections régionales 2021. « Nous nous battons pour le développement équilibré de chaque territoire », ajoute-t-elle. Mais qu’en est-il vraiment ? Depuis son arrivée à la tête de la région Pays de la Loire en 2017 (en remplacement de Bruno Retailleau, dans l’incapacité de cumuler son mandat de président de région et de sénateur), Christelle Morançais n’a pas tout à fait mis les mêmes efforts financiers dans les territoires ruraux et urbains. 

Pour vous éclairer sur cette question, Victoire, et pour savoir qui de vous ou votre mère avez le plus bénéficié de financements de la Région, nous nous sommes plongés dans les 3 092 pages des comptes administratifs de la collectivité depuis 2016. Premier constat : les dépenses liées à l’aménagement du territoire ont diminué de 42% pendant le mandat. Elles  sont ainsi passées de 98,2 millions d’euros en 2016 à 56,8 millions d’euros. Cumulées, les dépenses du conseil régional des Pays de la Loire de 2016 à 2020 se répartissent ainsi : 

Une lecture plus détaillée des comptes de la collectivité nous a permis de constater un certain déséquilibre entre les territoires ruraux et urbains. De . . .

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment