De l’épicerie aux bureaux de tabac, où peut-on sortir durant la période de confinement ?

L'entrée du Tripostal, un lieu culturel situé dans le centre-ville de Lille / Photo : Artem Gavrysh (Unsplash)

Julie nous écrit sur notre plateforme « Nos villes à l’heure du coronavirus » :

Je suis bien sûr au courant du confinement et j’ai vu l’attestation à fournir sur le ministère de l’Intérieur, mais je vois tellement d’informations que je ne sais plus trop où je peux sortir et où je ne peux pas.

Ces derniers jours, il est vrai que les informations s’amassent au sujet des restrictions de déplacements annoncées par le gouvernement. Sans compter que les directives pour fermer les établissements recevant du public ont évolué très vite : après les établissements scolaires dont la clôture a été annoncée jeudi 12 mars, ce fut le tour des « lieux non indispensables à la vie du pays », dont les bars et les restaurants, samedi 14 mars et, finalement, une restriction totale des déplacements, lundi 16 mars, avec quelques exceptions.

Pour y voir plus clair, Mediacités a compilé les cinq motifs pour lesquels les sorties en dehors de chez soi sont autorisées. À noter que le gouvernement demande de conserver une distance d’au moins un mètre avec les autres individus et de se laver les mains avant et après chaque sortie de son logement, quel que soit le motif de déplacement. Et, comme l’indiquait Julie dans son message, il est obligatoire de se munir d’une attestation dérogatoire de déplacement, remplie le jour même et à présenter au format papier en cas de contrôle.

🛒 Vous sortez faire des courses « de première nécessité »

Il est possible de sortir de chez soi pour aller faire des « courses pour des besoins de première nécessité », a indiqué le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, lundi 16 mars. « Je pense aux aliments ou aux produits d’hygiène », a complété le ministre.

Théoriquement, un grand de nombre de commerces peuvent rester ouverts. Outre les hypermarchés, supermarchés ou les épiceries, il est possible de se rendre dans les boulangeries, les poissonneries, les boucheries, mais aussi dans les magasins de vente et de réparation d’ordinateurs, dans les quincailleries ou encore dans les blanchisseries-teintureries. La liste complète des commerces autorisés à ouvrir est à retrouver dans un arrêté publié lundi 16 mars au Journal officiel.

Le gouvernement a par ailleurs confirmé, dans un arrêté publié mercredi 18 mars, que les bureaux de tabac et les magasins de cigarettes électroniques étaient autorisés à ouvrir, alors qu’ils n’étaient pas mentionnés dans la première liste publiée au Journal officiel.

Il faut toutefois mentionner que, même si ces commerces peuvent ouvrir, certains employeurs ont préféré fermer leurs établissements en raison de la baisse attendue de leur clientèle ou des difficultés rencontrées par leurs salariés pour venir travailler, par exemple.

🩺 Vous vous rendez chez le médecin ou dans un établissement de santé

Il est toujours possible de se rendre chez son médecin, sauf pour les personnes qui présentent les symptômes du Covid-19. Si l’on ressent les symptômes légers (toux sèche et fièvre au-dessus de 37,5°), il convient d’appeler son médecin traitant qui pourra procéder à une téléconsultation. Si les symptômes ressentis sont plus graves, par exemple une sensation d’étouffement ou des difficultés à respirer, il faut directement appeler le Samu en composant le 15.

Quant aux hôpitaux, le président Emmanuel Macron a annoncé, jeudi 12 mars, le report des « soins non essentiels […], c’est-à-dire les opérations qui ne sont pas urgentes ». Toutes les visites dans les EHPAD ont par ailleurs été proscrites par le ministère de la Santé, mercredi 11 mars.

🤝 Vous venez en aide à une personne dépendante, un proche ou vous faites garder un enfant

Le gouvernement autorise également les visites de « parents dépendants » ou de « personnes vulnérables », comme les personnes handicapées. Il est aussi possible de se déplacer pour faire garder son enfant, par exemple chez une assistante maternelle ou dans une école pour les professionnels de santé mobilisés dans la lutte contre l’épidémie de coronavirus.

Sur la question de l’enterrement d’un proche, le flou demeure à l’heure où nous écrivons ces lignes. Le Premier ministre, Edouard Philippe, a indiqué sur France 2, mardi 17 mars, qu’il était interdit de se rendre à l’enterrement d’un proche pendant la période de confinement. Mais, comme le relevait Le Figaro dans un article daté du 18 mars, « différentes règles coexistent donc sur le territoire national – et évoluent continuellement, parfois même plusieurs fois par jour ». Dans le doute, il est recommandé de se renseigner auprès des autorités locales selon son lieu de résidence.

💼 Vous vous rendez sur votre lieu de travail

Les trajets domicile-travail sont autorisés « lorsque ces déplacements sont indispensables pour des activités ne pouvant être interrompues ni organisées sous forme de télétravail ». Ces trajets peuvent être effectués soit en transport en commun, soit par des « moyens personnels » comme une voiture ou un vélo.

En cas de contrôle, vous devez non seulement présenter l’attestation dérogatoire de déplacement, mais aussi un « justificatif de déplacement professionnel » signé de votre employeur. Le gouvernement autorise également des déplacements professionnels lorsqu’ils « ne peuvent être différés ».

🏃‍♀️ Vous sortez votre animal de compagnie ou vous allez faire du sport

Dernier motif de déplacement autorisé par le gouvernement : les sorties pour pratiquer une activité physique en plein air, pour l’équilibre de ses enfants ou pour les besoins de son animal de compagnie – y compris si vous devez l’emmener chez le vétérinaire.

À noter que seule une pratique individuelle du sport est autorisée, comme nous l’expliquions sur Mediacités, en réponse à une question sur le jogging à plusieurs.

Toutes les mesures de restriction des déplacements mentionnées ci-dessus restent en vigueur pendant au moins quinze jours, à compter du mardi 18 mars à midi.

Pierre Leibovici

Si vous souhaitez nous adresser des documents en passant par une plateforme sécurisée et anonymisée, rendez-vous sur pals.mediacites.fr

Point final.
Coronavirus
Cet article fait partie de notre rubrique dédiée
Nos villes à l'heure du coronavirus