Saint-Sauveur : le projet a du plomb dans l’aile

Stop ou encore ? Le tribunal administratif de Lille a examiné, ce jeudi 23 septembre, les recours déposés par les deux associations opposées à la création de logements ainsi que d’une piscine olympique sur la friche Saint-Sauveur, un espace de 23 hectares en cœur de ville.

Les 23 hectares de la friche Saint-Sauveur sont, depuis trois ans, l’objet d’une bataille juridique entre les élus de la MEL et deux associations. Photo : Google Earth

Ce qui s’est passé
« Ouf ! », Bénédicte Vidaillet, coprésidente de l’association PARC (Protection aménagement réappropriation collective de Saint-Sauveur), est soulagée. Voilà trois ans qu’elle se bat contre le projet de réhabilitation de la friche Saint-Sauveur mis au point par la ville de Lille et validé par les élus métropolitains. Ces derniers jours, tout s’est accéléré : mardi 21 septembre, elle a reçu « des conclusions encourageantes » de la part du rapporteur public, qui préconisait l’annulation de deux délibérations métropolitaines cruciales pour l’avenir de projet. C’est donc assez sereine qu’elle s’est rendue à l'audience du tribunal administratif ce jeudi.

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 4 minutes

Par Brianne Cousin