Ce qui s’est passé
« Ouf ! », Bénédicte Vidaillet, coprésidente de l’association PARC (Protection aménagement réappropriation collective de Saint-Sauveur), est soulagée. Voilà trois ans qu’elle se bat contre le projet de réhabilitation de la friche Saint-Sauveur mis au point par la ville de Lille et validé par les élus métropolitains. Ces derniers jours, tout s’est accéléré : mardi 21 septembre, elle a reçu « des conclusions encourageantes » de la part du rapporteur public, qui préconisait l’annulation de deux délibérations métropolitaines cruciales pour l’avenir de projet. C’est donc assez sereine qu’elle s’est rendue à l'audience du tribunal administratif ce jeudi.

L’info indépendante a une valeur

Les journalistes de Mediacités proposent chaque jour des enquêtes et analyses locales exclusives. Sans pub, seuls les abonnements financent notre travail. Aidez nous à renforcer notre indépendance.

Profitez de 24h d'accès gratuit pour lire cet article et tous les autres !

  • Lisez chaque semaine nos nouvelles enquêtes
  • Participez à nos investigations
  • Sans engagement. 60€/an ou 7€/mois

Cet article concerne la promesse :
« Ouverture d’une piscine olympique métropolitaine à Saint-Sauveur »
Voir toutes les promesses