Roubaix : l’arme secrète de Guillaume Delbar pour financer sa campagne

Le maire de Roubaix, Guillaume Delbar, a mis sur pied son propre micro-parti afin de l'aider dans sa quête d'un second mandat. Une opération en deux étapes. La première a été de créer, le 1er juillet dernier, une association politique, « Roubaix Avenir », dont il est le président et où l'on retrouve  sa femme, Caroline Delbar, en tant que trésorière, et son mentor, Max-André Pick, comme secrétaire. Il imite ainsi Martine Aubry qui a fondé une association au nom très proche, Lille Avenir, en août 2018.

Trois mois plus tard, le deuxième étage de la fusée a été allumé avec un changement des statuts de l'association dont « l'objet exclusif » est désormais « de recueillir l'ensemble des fonds destinés au seul financement du parti politique "Roubaix Avenir" ». Une modification indispensable pour obtenir l'agrément de la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques (CNCCFP). Le procès verbal de la réunion signale même qu’il y a eu un débat entre les deux membres du bureau présents lors de la réunion actant cette modification (à savoir Guillaume et Caroline Delbar, Max-André Pick étant représenté), mais que celle-ci a été acquise à l’unanimité. L’association a finalement été agréée comme parti politique le 18 novembre.

Micro-parti-Delbar

Disposer d’un micro-parti s'avère très utile pour financer une campagne et une activité politique à plus long terme. La structure peut recevoir des dons défiscalisés (à 66 %) allant jusqu’à 7500 euros par personne, en plus des dons versés directement au candidat (plafonnés, eux, à 4600 euros). En contrepartie, ce statut oblige à plus de transparence, les comptes annuels étant certifiés et rendus publics.
 
Une différence avec Lille Avenir, le micro-parti de Martine Aubry. Selon nos informations, celui-ci n’a jamais passé l'étape d'après et n'a pas demandé d’agrément à la CNCCFP. Lille Avenir ne pourra donc pas financer la campagne des municipales de la maire sortante de Lille.
 
Pierre Januel
 

Précédemment dans l'Oeil

Un Conseil de la nuit lillois pour apaiser les tensions dans le secteur Masséna-Solférino

Lors du conseil municipal du 8 octobre, les élus ont approuvé les grandes lignes du futur Conseil de la nuit, qui devrait voir le jour d'ici la fin de l'année 2021. Il sera chargé d'apaiser les tensions qui se multiplient dans le quartier Masséna-Solférino.

Carrefour a rejeté une offre de rachat de la famille Mulliez

Coup de théâtre dans les discussions entre Carrefour et la famille Mulliez. Les seconds ont fait une offre d'achat du premier évaluée à 16,5 milliards d'euros. Mais elle a été rejetée.