Squat du 5 étoiles : la justice relaxe la majorité des opposants à l’expulsion

Le tribunal correctionnel de Lille a rendu son verdict jeudi 19 novembre dans le procès des seize personnes interpellées suite à l’expulsion, le 4 juin 2019, du squat dit du 5 étoiles. Ce matin-là, des dizaines de personnes se rassemblent devant l’entrée, en soutien aux deux cents hommes et femmes vivant à l’intérieur. L’arrivée massive de la police et la crainte de violences à l’encontre des sans-papiers poussent alors plusieurs militants à se placer devant le long portail bleu de ce refuge du quartier Moulins. Des journalistes sont priés de rester à l’écart de l’évacuation.

Expulsion du « 5 étoiles » : le Préfet a pris la justice de vitesse

La chaîne humaine formée devant les grilles est dégagée manu militari par les policiers. Seize personnes se font embarquer pour avoir refusé de se disperser après les sommations. Lors de l’audience du 12 novembre dernier, les seize soutiens, défendus par cinq avocats, ont lu un récit commun pour faire revivre le souvenir du 5 étoiles et de ses habitants. Ce texte, reproduit ci-dessous, aura été leur unique prise de parole durant les débats.

TEXTE_ORAL_PROCES_5_ETOILE

Les débats ont surtout laissé entendre l’irrégularité des procédures de garde-à-vue, qui ont toutes été annulées par le tribunal. Les onze personnes interpellées à l’intérieur du 5 étoiles ont été relaxées. Les cinq autres, arrêtées à l’extérieur du site, ont été condamnées à des peines d’amende avec sursis de 200 euros pour trois d’entre elles et de 400 euros pour les deux autres, qui avaient gardé leur visage dissimulé. Ils ont dix jours pour faire appel de la décision.

Sheerazad Chekaik-Chaila

Si vous souhaitez nous adresser des documents en passant par une plateforme sécurisée et anonymisée, rendez-vous sur pals.mediacites.fr

Point final.

Précédemment dans l'Oeil

Les dessous de l’explosion de la taxe foncière à Lille

D'après l’Union nationale des propriétaires immobiliers, la taxe sur le foncier bâti à Lille a bondi de 36 % entre 2010 et 2020, faisant de la capitale des Flandres la troisième grande ville de France où cette hausse est la plus forte. Mais ce chiffre appelle des explications...

Lambersart signe l’arrêt de mort du « Daubresse Land »

La municipalité dirigée par Nicolas Bouche a annoncé son intention de quitter le Sivom Alliance Nord Ouest, un syndicat intercommunal dont le destin semble lié à celui de l'ex-maire de Lambersart, ex-député, ex-ministre mais toujours sénateur Marc-Philippe Daubresse.