La navette Rhônexpress exploitée jusqu'à présent par une société contrôlée par Vinci, Transdev et la Caisse des dépôts et consignations. Photo : N.Barriquand/Mediacités.

Rhônexpress : l’intox de Collomb, le coup de com’ de Kimelfeld

Depuis le vote favorable à la résiliation du contrat de la desserte ferroviaire de l’aéroport Saint-Exupéry, vendredi 21 février, les deux candidats à la Métropole se sont écharpés à coup de communiqués. Mediacités revient sur les chiffres avancés par l'un et l'autre pour mieux les passer au crible. 

Plus c’est gros… Depuis vendredi dernier et le vote en conseil du Sytral (le syndicat des transports en commun de l’agglomération lyonnaise) de la résiliation du contrat Rhônexpress, les deux frères ennemis de la Macronie lyonnaise, David Kimelfeld et Gérard Collomb, tous deux candidats à la présidence de la Métropole de Lyon, s’écharpent sur le dossier à coups de chiffres, complètement farfelus pour certains.

Le soir même du vote, le maire de Lyon, qui s’est abstenu - le baron plaidait pour « une médiation » [relire, dans L’Œil des municipales, notre article du 4 février] - dégaine un communiqué au vitriol. « Le président de la Métropole [David Kimelfeld, favorable à la résiliation du contrat] fait peser un risque grave sur le syndicat mixte [le Sytral] qui devra assumer le versement d’une indemnité de 32 millions d’euros, et peut-être même de 120 millions d’euros », écrit Gérard Collomb, repris ensuite par une partie de la presse lyonnaise.

Sauf que c'est faux. Si l'indemnité due à Rhônexpress est estimée à 32 millions d'euros [lire notre enquête précédente : « 

Envie de lire la suite ?

Profitez de 24h d'accès gratuit pour lire cet article et tous les autres !

C'est parti !

Isabelle Jarjaille
Journaliste indépendante​ depuis 2011​, j'enquête sur la gestion des services publics par le privé et son impact sur les finances publiques.​ ​Mon livre enquête "Services publics délégués au privé, à qui profite le deal ?" est sorti le 27 mars 2018​. ​Je suis également en charge du cours Techniques d'enquête en licence Info Com à l'IUT de Lannion et je porte un projet d'éducation aux médias dans deux lycées agricoles. Je suis membre du bureau du Club de la presse de Bretagne, pour promouvoir les médias et ceux qui les font au quotidien : les journalistes, notamment les pigistes.

Précédemment dans l'Oeil

Université de Lyon : une trentaine de postes sur la sellette après l’abandon de l’Idex

Qui paiera les pots cassés ? Suite à l’échec du projet de fusion des établissements universitaires de Lyon et Saint-Etienne, les agents de l’Université de Lyon viennent d’interpeller la ministre de l’Enseignement supérieur sur leur sort.

Vénissieux : les échecs de la politique de la ville aux Minguettes

Malgré une rénovation ambitieuse, les maux du quartier - communautarisme religieux, trafics de stupéfiants, non-mixité sociale - se sont accentués depuis dix ans, d’après un rapport de la Cour des comptes.