Le siège de la Métropole de Lyon, dans le 3e arrondissement de Lyon. Photo : NB/Mediacités.

Transports en commun, GL Events et eau potable au menu du prochain conseil métropolitain du Grand Lyon

134… rien que cela ! C’est le nombre de délibérations à l’ordre du jour du prochain conseil métropolitain du Grand Lyon, le 13 décembre prochain. Le précédent, en septembre, avait duré treize heures étalées sur deux jours pour environ le même nombre de décisions à voter (137). Autant dire que les élus doivent s’attendre à une nouvelle assemblée plénière marathon…

Mediacités a pu consulter les projets de délibération qui leur seront soumis. Par souci de transparence et d’accès du public aux documents administratifs [lire l’encadré à la fin de notre article], nous les publions ci-dessous en intégralité, comme nous l’avions fait précédemment pour les projets de délibération du conseil municipal de Lyon. Voici quatre dossiers qui ont retenu notre attention :

1/ Transports : au revoir le Sytral, bonjour l’AOMTL !

Son acronyme sera plus compliqué à retenir que celui de l’actuel syndicat mixte des transports en commun du Rhône et de l’agglomération lyonnaise. Au 1er janvier 2022, l’AOMTL se substituera au Sytral, gestionnaire jusqu’à présent des TCL, les transports en commun lyonnais. Vous avez dit « AOMTL » ? Ces cinq lettres signifient « Autorité organisatrice des mobilités des territoires lyonnais ». La création de cet établissement public a été prévue par une loi, votée en 2019.

Outre les TCL, il s’occupera du réseau Libellule de l’agglomération de Villefranche-sur-Saône, de celui des Cars du Rhône, ou encore de la liaison Rhônexpress entre la Part-Dieu et l’aéroport Saint-Exupéry. En bref, ce « super Sytral » aura la main sur les transports (y compris scolaires) de la quasi-totalité du département. Parmi ses premiers dossiers chauds, il devra décider quelle suite donner au projet de téléphérique défendu par la majorité écologiste dans l’Ouest lyonnais, à l’issue de la concertation en cours.

Ce 13 décembre, il fera l’objet de deux délibérations. La première fixera la participation financière de la Métropole de Lyon à l’AOMTL. Il est prévu qu’elle s’élève à 151 millions d’euros en 2022. La seconde délibération déterminera quels conseillers métropolitains se retrouveront au conseil d’administration de la future autorité. Le Grand Lyon dispose de 25 des 38 sièges de l’AOMTL, aux côtés de la région Auvergne-Rhône-Alpes (1 siège), des communautés d’agglomération de Villefranche (2 sièges) et de l’Ouest rhodanien et de neuf communautés de communes.

En tant que président de la Métropole, Bruno Bernard sera membre et président de droit de l’AOMTL. Il préside déjà le Sytral, à la différence de ses prédécesseurs Gérard Collomb et David Kimelfeld. Il aura toutefois la possibilité de céder la place de patron des transports en commun à un autre élu de son choix.

IMG_8411
Quai de métro à Lyon, station Bellecour. Photo : N.Barriquand/Mediacités

2/ Tourisme : destination « résilience »

C’était une menace brandie par leurs adversaires lors des élections de 2020 : à la tête de la Métropole, les écologistes, plutôt partisans du train que de l’avion, ruineront l’attractivité touristique du Grand Lyon. Et en pratique ? Lors de ce conseil, les élus auront à approuver le « Schéma de développement du tourisme responsable pour la période 2021-2026 » (c’est le projet de délibération n°2021-0790). Ce document fixe quelques principes et le cadre dans lequel la majorité de Bruno Bernard entend inscrire sa stratégie touristique.

Objectif affiché en ces temps de pandémie : « Créer les conditions de résilience et soutenir la viabilité de l’activité touristique ». Parmi les orientations listées, le Grand Lyon veut cibler davantage « une clientèle de proximité » et communiquer auprès des habitants du territoire eux-mêmes. Les actions de promotion sur le marché nord-américain, « cible historique à forte valeur ajoutée » (en 2019, 4% des visiteurs venaient du Canada et des États-Unis), seront toutefois maintenues. La collectivité souhaite par ailleurs un tourisme d’affaires « plus responsable », moins générateur de déchets par exemple, et faire de l’agglomération une destination de cyclotourisme incontournable - un écho au programme électoral des écologistes qui entendait promouvoir la Via Rhôna.

Enfin, ce « Schéma » consacre un chapitre à « l’acceptabilité de l’attractivité touristique » par les habitants. Si Lyon ne souffre pas de « sur-tourisme » comme d’autres villes européennes (Barcelone, Venise…), note le projet de délibération, le Grand Lyon veut mieux répartir les visiteurs sur son territoire. En clair : désengorger le Vieux Lyon. Autre axe de travail : réguler « le développement des meublés de tourisme », autrement dit Airbnb. Mais le texte se contente de promettre « l’application de la réglementation, en lien étroit avec la Ville de Lyon ». Dans une précédente enquête, Mediacités avait raconté comment, face au mastodonte Airbnb, les écologistes aux responsabilités se montraient bien moins ambitieux que pendant la campagne électorale.

3/ Centre des congrès : les pertes de GL Events

En janvier dernier, Mediacités vous avait révélé que le Grand Lyon avait accordé une ristourne de près de 800 000 euros, pour l’année 2020, à GL Events sur la redevance d’exploitation du Centre des congrès de Lyon - la collectivité est propriétaire de cet équipement situé à la Cité internationale. Las ! Le projet de délibération n°2021-0804 nous apprend que la filiale du groupe d’événementiel qui gère les lieux essuie une perte d’1,4 million d’euros pour l’exercice de l’an dernier. Covid-19 oblige, le Centre des congrès n’a accueilli que 45 événements en 2020 contre plus de 200 en 2019. Comme nous l’avions écrit précédemment, le groupe d’Olivier Ginon a supprimé sur place sept postes, sur un effectif de 55 agents.

4/ Eau potable : la régie publique se précise

Le compte à rebours est enclenché. Le 1er janvier 2023, la Métropole de Lyon reprendra en main la gestion de l’eau (production et distribution) via une régie publique alors que jusqu’à présent la collectivité déléguait ce service au privé, en l’occurrence au groupe Veolia. Une série de délibérations inscrites à l’ordre du jour précise les contours de la future régie. Quatorze conseillers métropolitains siégeront à son conseil d’administration et elle sera dirigée par Christophe Drozd, ex-directeur de la régie de production d’eau de la Métropole européenne de Lille. Les élus auront enfin à approuver un protocole de fin de contrat pour solder les comptes avec Eau du Grand Lyon, la filiale de Veolia. Le transfert de « l’infrastructure informatique » devrait ainsi coûter à la Métropole un peu plus de 700 000 euros.

Au passage, on découvre dans un projet de délibération (n°2021-0863) les résultats financiers d’Eau du Grand Lyon pour l’année 2020. Avant impôts, le groupe Veolia a réalisé un bénéfice de 3,69 millions d’euros sur la production et la distribution de l’eau potable du territoire.

5/ Guillotière : 2,3 millions d’euros pour la place Gabriel-Péri

Au cœur des débats politiques et de l’attention médiatique - on vous renvoie à l’épisode CNews-Rassemblement national du 24 novembre dernier… - la place Gabriel-Péri, à la Guillotière, sera aussi au menu du conseil métropolitain. Le Grand Lyon prévoit de lui consacrer 2,3 millions d’euros d’ici à la fin du mandat, en 2026, via des opérations d’urbanisme. Objectif : « rectifier » le « caractère anxiogène » du secteur, selon les mots du projet de délibération (n°2021-0869).

Concrètement, la Métropole prévoit de créer de nouveaux passages piétons sur le cours Gambetta, de supprimer le stationnement en épis sur ce même axe, de piétonniser la rue de Marseille aux abords de la place Gabriel-Péri, ainsi que la petite rue Moncey. La circulation rue Paul-Bert pourrait être aussi interdite, ou « apaisée » a minima. Enfin, « la place du Pont » sera végétalisée.  

Pourquoi Mediacités publie les projets de délibération

Nous publions ci-dessous l’ensemble des projets de délibération à l’ordre du jour du conseil métropolitain du Grand Lyon du 13 décembre prochain. Ces documents, transmis quelques jours (seulement) avant la tenue du conseil à l’ensemble des élus de l’assemblée nous semblent d’intérêt public. Comme nous l’argumentons dans ce billet, la diffusion auprès des citoyens des projets de délibération ne peut que contribuer à les ré-intéresser à la conduite de leur territoire.

CM_DOSS_INIT_20211213

Cet article concerne les promesses :
« Gérer l’eau en régie » « Réaménager la place Gabriel-Péri, à la Guillotière » « Promouvoir le cyclotourisme sur la Via Rhôna et les visites pédestres guidées »
Voir toutes les promesses

Précédemment dans l'Oeil

Budget participatif, salle Rameau et place du Bachut au menu du prochain conseil municipal de Lyon

Mediacités publie les 126 projets de délibération qui seront soumis au vote des élus lyonnais ce jeudi 27 janvier.

Cancers : ces hôpitaux et cliniques du Rhône qui opèrent sans autorisation

Une enquête de Cash investigation dévoile les statistiques d’opérations par établissement et par type de cancer. Dans la région lyonnaise, plusieurs hôpitaux ou cliniques ne respectent pas les seuils requis pour certaines activités.