Johanna Rolland met en avant les quartiers populaires, pour mieux tacler ses adversaires

La liste des soutiens à Johanna Rolland « issus des quartiers populaires nantais » s’avère si fournie qu’on pourrait presque en faire une seconde liste pour les municipales (58 noms contre 69 colistiers officiels). Face aux journalistes et entourée d’une vingtaine d’habitants des Dervallières, du Breil ou de Malakoff, la maire PS sortante a voulu faire une démonstration de force. « On parle de beaucoup de choses dans cette campagne, d’écologie, de sécurité. Ça n’est pas possible de ne pas parler des quartiers ! », lance la tête de liste de « Nantes en confiance ». Tout précisant qu’elle n’a pas voulu faire de programme spécifiquement siglé « quartiers » mais que certaines propositions en sont issues, comme le « chèque babysitting sous conditions de ressources ».     

Une façon de souligner, en creux, ce qu’elle considère comme une faiblesse chez ses adversaires. Des écologistes, en passant par En Marche jusqu’aux Républicains, les seuls cités, elle pointe des listes à dominante CSP+ et des campagnes très « centre‐ville‐centrées ». A vrai …

🤚STOP Cet article est réservé à nos abonnés.
 Cependant…
😀 Nous vous offrons un accès de 24h pour découvrir nos articles les plus récents
Nous vous enverrons nos dernières enquêtes et des offres d’abonnement.
Ou bien apprenez‐en plus sur Mediacités…
Si vous êtes déjà abonné, connectez‐vous.

Mediacités c’est :

  • Un site 100% indépendant (seuls nos lecteurs nous font vivre)
  • Chaque semaine de nouvelles enquêtes (et plus de 1 300 déjà publiées)
  • Des newsletters sur les municipales (Lille, Lyon, Nantes, Toulouse)
  • La participation aux enquêtes (idées de sujets, documents confidentiels, événements)
  • Le moyen de faire vivre une information libre et sans publicité
La curiosité est un beau défaut,
vous aussi, adoptez Mediacités !

Précédemment dans l'Oeil

Fusionner avec Johanna Rolland ou Margot Medkour ? Chez les écolos de Julie Laernoës, on hésite toujours

La sécurité et la social-démocratie avec la majorité sortante ou l'aventure et l'anti-capitalisme avec "Nantes en commun.e.s" ? Entre les deux, la raison et le cœur des écolos nantais balance. Et les négociations menées avec les deux parties depuis plusieurs jours n'ont pas encore abouti.

« Union politique locale » : le coup de poker de Valérie Oppelt fait pschitt

Mardi soir, la candidate LREM proposait à ses trois concurrentes de constituer une liste unique pour le second tour. A peine 24 heures plus tard, sa proposition avait vécu. Retour sur une drôle de manœuvre qui révèle surtout les fractures idéologiques et stratégiques au sein du camp macroniste.