Johanna Rolland met en avant les quartiers populaires, pour mieux tacler ses adversaires

La liste des soutiens à Johanna Rolland « issus des quartiers populaires nantais » s'avère si fournie qu’on pourrait presque en faire une seconde liste pour les municipales (58 noms contre 69 colistiers officiels). Face aux journalistes et entourée d’une vingtaine d’habitants des Dervallières, du Breil ou de Malakoff, la maire PS sortante a voulu faire une démonstration de force. « On parle de beaucoup de choses dans cette campagne, d’écologie, de sécurité. Ça n’est pas possible de ne pas parler des quartiers ! », lance la tête de liste de « Nantes en confiance ». Tout précisant qu’elle n’a pas voulu faire de programme spécifiquement siglé « quartiers » mais que certaines propositions en sont issues, comme le « chèque babysitting sous conditions de ressources ».     

Une façon de souligner, en creux, ce qu’elle considère comme une faiblesse chez ses adversaires. Des écologistes, en passant par En Marche jusqu’aux Républicains, les seuls cités, elle pointe des listes à dominante CSP+ et des campagnes très « centre-ville-centrées ». A vrai . . .

Envie de lire la suite ?

Profitez de 24h d'accès gratuit pour lire cet article et tous les autres !

C'est parti !

Thibault Dumas
Franco-américain, je suis journaliste professionnel à Nantes depuis plus de dix ans, en radio puis en presse écrite, comme pigiste désormais. Je collabore avec Mediacités, édition nantaise, depuis la préparation de son lancement, en 2017. Je n'ai pas de spécialité en tant que telle mais j'enquête plutôt (seul ou en équipe) sur les montages fiscaux (Waldemar Kita, FC Nantes, Manitou, etc), la politique sous toutes ses formes, le social (Le Confluent, Centrale Nantes, Beaux-Arts de Nantes, etc) et un peu d'écologie (déchets, éoliennes de Nozay, etc). Pour me contacter : thibault.dumas@mediacites.fr.

Précédemment dans l'Oeil

Beaux-Arts de Nantes : la mansuétude de la Métropole pointée par la Chambre régionale des comptes

Dans un nouveau rapport rendu public cette semaine, les magistrats financiers relèvent la dette importante de l’École des Beaux-Arts de Nantes - Saint-Nazaire. Et les risques qu'elle fait peser sur la collectivité.

Le préfet de Loire-Atlantique attaque l’arrêté anti-pesticides de La Montagne… qui fait des petits en Ile-de-France

[Info Mediacités] Sommé par la préfecture de retirer son arrêté anti-pesticides d'un nouveau genre, le maire de la commune de l'ouest nantais refuse. Et relance la guérilla juridique entre villes et État autour de ces textes. D’autres mairies publieront d'ailleurs un arrêté équivalent la semaine prochaine.