Prototype d'une branche de l'Arbre aux hérons / Photo : Creative commons - Jean-Pierre Dalbéra - Flickr - https://www.flickr.com/photos/dalbera/7724254868

Sur l’Arbre aux hérons, Nantes Métropole avance en silence

On recrute du côté de l’Arbre aux hérons ! Pas de celui de la Compagnie La Machine, créateur et promoteur du projet. Mais à Nantes Métropole. Malgré la controverse sur son intérêt et son coût ; malgré les divergences au sein de la majorité municipale – l’Arbre est l’un des cinq sujets sur lesquels les écologistes de Julie Laernoes ont acté leur différend avec le reste de l’équipe Rolland –, la collectivité continue donc d’avancer. Et d’engager des frais.

Ces dernières semaines, Nantes Métropole a publié coup sur coup deux appels d’offre

Envie de lire la suite ?

Profitez de 24h d'accès gratuit pour lire cet article et tous les autres !

C'est parti !

Cet article concerne la promesse :
« Installation de l’Arbre aux Hérons »
Voir toutes les promesses
Benjamin Peyrel
Co-fondateur de Mediacités et rédacteur en chef de son édition nantaise. Avant de me lancer dans cette aventure, j'ai débuté au quotidien La Croix et suis passé par différentes rédactions (L’Humanité, Le Parisien, etc), avant de rejoindre L’Express et d'écumer préfectures et sous-préfectures pendant dix ans. Je m’intéresse notamment aujourd’hui aux montagnes de données que les collectivités comme les citoyens produisent quotidiennement et aux moyens de les utiliser pour faire avancer l'information.

Précédemment dans l'Oeil

La préfecture de Nantes se barricade

L’été prochain, la préfecture de Loire-Atlantique, face à l’Erdre, offrira un autre visage. 65 mètres de grille vont être installés à la place de l'actuelle balustrade de pierre, afin de protéger les services de l’État.

Le conseil régional des Pays de la Loire épinglé pour un manque de parité

L'égalité femmes-hommes dans les nominations à des postes d'encadrement ? En 2017 et 2018, la collectivité dirigée par Christelle Morançais n'en faisait apparemment pas grand cas. Ce malgré ses obligations légales et les lourdes pénalités que la Région se retrouve à devoir payer.