Prototype d'une branche de l'Arbre aux hérons / Photo : Creative commons - Jean-Pierre Dalbéra - Flickr - https://www.flickr.com/photos/dalbera/7724254868

Sur l’Arbre aux hérons, Nantes Métropole avance en silence

On recrute du côté de l’Arbre aux hérons ! Pas de celui de la Compagnie La Machine, créateur et promoteur du projet. Mais à Nantes Métropole. Malgré la controverse sur son intérêt et son coût ; malgré les divergences au sein de la majorité municipale – l’Arbre est l’un des cinq sujets sur lesquels les écologistes de Julie Laernoes ont acté leur différend avec le reste de l’équipe Rolland –, la collectivité continue donc d’avancer. Et d’engager des frais.

Ces dernières semaines, Nantes Métropole a publié coup sur coup deux appels d’offre

L’info indépendante a une valeur

Les journalistes de Mediacités proposent chaque jour des enquêtes et analyses locales exclusives. Sans pub, seuls les abonnements financent notre travail. Aidez nous à renforcer notre indépendance.

Profitez de 24h d'accès gratuit pour lire cet article et tous les autres !

  • Lisez chaque semaine nos nouvelles enquêtes
  • Participez à nos investigations
  • Sans engagement. 60€/an ou 7€/mois

Cet article concerne la promesse :
« Installation de l’Arbre aux Hérons »
Voir toutes les promesses
Benjamin Peyrel
Co-fondateur de Mediacités et rédacteur en chef de son édition nantaise. Avant de me lancer dans cette aventure, j'ai débuté au quotidien La Croix et suis passé par différentes rédactions avant de rejoindre L’Express et d'écumer préfectures et sous-préfectures pendant dix ans. Je m’intéresse notamment aujourd’hui aux montagnes de données que les collectivités comme les citoyens produisent quotidiennement et aux moyens de les utiliser pour faire avancer le débat public.
Voir ma déclaration d’intérêts

Précédemment dans l'Oeil

Combien le FC Nantes va-t-il empocher grâce à sa victoire en Coupe de France ?

Le quinzième titre majeur du club nantais va lui permettre de toucher des dotations fixes et variables de la part de la FFF et de l’UEFA. Auxquelles s’ajouteront des retombées en termes de billetterie ou de transferts de joueurs. Mediacités fait l’addition.

Cinq mois plus tard, la fresque à 25 000 euros de Cap 44 recouverte de graffitis

Signée Lek et RCF 1, deux noms reconnus du street art, la fresque censée embellir le bâtiment Cap 44 et rendre le site plus attractif a déjà été dégradée. Cinq mois à peine après avoir été réalisée.