La mairie de Treillières, en Loire-Atlantique. / © Photo : Guillaume Frouin

A Treillières, cinq nouveaux adjoints qui ne changent rien

«Il faut que tout change pour que rien ne change... » Bien sûr, Treillières n’a pas grand chose à voir avec la Sicile de la fin du XIXe. Et son maire, Alain Royer, guère plus de chose en commun avec don Fabrizio Corbera, prince de Salina. Mais tout de même : pour ceux qui assistaient lundi soir au conseil municipal de la commune du nord de Nantes, la situation faisait inévitablement écho à la plus célèbre des formules du Guépard de Lampedusa.

Secouée depuis plusieurs semaines par les révélations de Mediacités et

Envie de lire la suite ?

Profitez de 24h d'accès gratuit pour lire cet article et tous les autres !

C'est parti !

Benjamin Peyrel
Co-fondateur de Mediacités et rédacteur en chef de son édition nantaise. Avant de me lancer dans cette aventure, j'ai débuté au quotidien La Croix et suis passé par différentes rédactions (L’Humanité, Le Parisien, etc), avant de rejoindre L’Express et d'écumer préfectures et sous-préfectures pendant dix ans. Je m’intéresse notamment aujourd’hui aux montagnes de données que les collectivités comme les citoyens produisent quotidiennement et aux moyens de les utiliser pour faire avancer l'information.

Précédemment dans l'Oeil

Quand les campagnes électorales financent la société du chef de cabinet de Sarah El Haïry

Chef de cabinet de la secrétaire d’État à la Jeunesse, Adrien Baron concilie politique et business grâce à sa société de communication MBG Ouest. Une double casquette qu’il a mise à profit lors de deux dernières élections.

Violences faites aux femmes : Citad’elles victime de son – triste – succès

En un an, ce centre d’accueil et de soutien unique en France a accueilli plus de 1250 femmes victimes de violences. Un afflux tel que la ville de Nantes doit augmenter le personnel d’accueil et cherche des co-financeurs. Et, justement, la porte d’un soutien de la Région Pays de la Loire et du ministère semble enfin s’entrouvrir.