En novembre 2019, Johanna Rolland inaugure Citad"Elles à Nantes, lieu d'accueil des femmes victimes de violence. / © Photo : Thibault Dumas

Violences faites aux femmes : Citad’elles victime de son – triste – succès

En un an, ce centre d’accueil et de soutien unique en France a accueilli plus de 1 250 femmes victimes de violences. Un afflux tel que la ville de Nantes doit augmenter le personnel d’accueil et cherche des co-financeurs. Et, justement, la porte d’un soutien de la Région Pays de la Loire et du ministère semble enfin s’entrouvrir.

Inauguré le 22 novembre 2019 sur l’île de Nantes pour « toutes les femmes victimes de violences », Citad’elles a - malheureusement - trouvé son public. Selon un premier bilan communiqué par la Ville, près de 80 femmes passent chaque semaine le sas sécurisé de ce centre post-traumatique multi-services de 750 mètres carrés ouvert 24 heures sur 24, même pendant les deux confinements. Soit 3 400 venues depuis l’ouverture... Dans 82 % des cas, elles s’y rendent pour fuir des violences conjugales, ou intrafamiliales pour 11 % d’entre elles. Un quart de ces femmes sont des nouvelles venues dans la structure, qui reçoit plus 1 300 appels chaque mois.           

« Cela va de l’étudiante à la femme de plus de 80 ans. De la femme sans emploi à la cadre supérieure... Toutes les couches sociales sont concernées », décrit Valérie Alassaunière, sa directrice, salariée de la Ville de Nantes (elle dirigeait auparavant la mission égalité à Nantes M . . .

L’info indépendante a une valeur

Les journalistes de Mediacités proposent chaque jour des enquêtes et analyses locales exclusives. Sans pub, seuls les abonnements financent notre travail. Aidez nous à renforcer notre indépendance.

Profitez de 24h d'accès gratuit pour lire cet article et tous les autres !

  • Lisez chaque semaine nos nouvelles enquêtes
  • Participez à nos investigations
  • Sans engagement. 60€/an ou 7€/mois

Cet article concerne les promesses :
« Poursuite de l’action de Citad’elles » « Devenir la première ville non sexiste de France à 10 ans »
Voir toutes les promesses
Thibault Dumas
Franco-américain, je suis journaliste professionnel à Nantes depuis plus de dix ans, en radio puis en presse écrite, comme pigiste désormais. Je collabore avec Mediacités, édition nantaise, depuis la préparation de son lancement, en 2017. Je n'ai pas de spécialité en tant que telle mais j'enquête plutôt (seul ou en équipe) sur les montages fiscaux (Waldemar Kita, FC Nantes, Manitou, etc), la politique sous toutes ses formes, le social (Le Confluent, Centrale Nantes, Beaux-Arts de Nantes, etc) et un peu d'écologie (déchets, éoliennes de Nozay, etc). Pour me contacter : thibault.dumas@mediacites.fr.

Précédemment dans l'Oeil

Arbre aux hérons, Carrousel, Auran… Nantes cumule les problèmes avec ses marchés publics

Dans un communiqué, Anticor 44 révèle la flambée des frais juridiques autour de l'Arbre aux hérons. Et alors que des marchés publics passés par la Samoa et l'Auran, deux satellites de la Ville et de la Métropole de Nantes, sont dans le collimateur de la justice et de la Chambre régionale des comptes, l'association s'étonne, là encore, des procédures utilisées par la Métropole.

Artificialisation des sols et politique foncière : l’étonnant revirement de Nantes Métropole

18 mois après l'avoir quitté pour éviter d'acquitter une taxe, la Métropole de Nantes devrait faire son retour au sein de l’Établissement public foncier de Loire-Atlantique. Une bonne nouvelle pour la lutte contre la bétonisation et « l’alliance des territoires », mais un aller-retour qui interroge et laisse des traces.