Devant la mairie de Treillières, le parking réservé aux élus et aux services. / Photo : Guillaume Frouin

A Treillères, l’équipe Royer n’attire pas les foules

Avant l’été, nous avions laissé le maire de Treillières, Alain Royer, toujours plus seul face aux affaires. Début juillet, deux nouvelles défections parmi ses adjoints s’étaient ajoutées aux six précédentes démissions, enregistrées depuis les premières révélations de Mediacités sur le fonctionnement de cette commune du Nord de Nantes, il y a 18 mois. En cette rentrée, ses troupes ne se sont pas regarnies. Mais c’est un problème d'arrivées plus que de départs auquel l’élu est confronté.

Dans les colonnes de Ouest-France, le 3 septembre dernier, on apprenait que les deux derniers colistiers de la liste Royer aux élections municipales, appelés à remplacer les deux démissionnaires, avaient purement et simplement décliné l’invitation. Résultat, les prochains conseils municipaux ne rassembleront que 27 élus sur 29.  Suffisant pour qu’ils puissent se tenir et voter les délibérations à l’ordre du jour, mais assez préoccupant pour qu'Ouest-France évoque l’hypothèse d’élections municipales anticipées.

On n’en est pas encore là. Pour en arriver à un tel cas de figure, il faudrait encore que deux adjoints de la majorité Royer démissionnent et qu’ils soient ensuite suivis par l’ensemble des élus d’opposition. Les derniers élus de la majorité encore en poste étant, d’après nos informations, des partisans plutôt zélés de Alain Royer, ce dernier dispose encore d’une marge de manœuvre. Mais elle est de plus en plus étroite.


Lire ou relire nos précédentes enquêtes sur Treillières

 

Benjamin Peyrel
Co-fondateur de Mediacités et rédacteur en chef de son édition nantaise. Avant de me lancer dans cette aventure, j'ai débuté au quotidien La Croix et suis passé par différentes rédactions (L’Humanité, Le Parisien, etc), avant de rejoindre L’Express et d'écumer préfectures et sous-préfectures pendant dix ans. Je m’intéresse notamment aujourd’hui aux montagnes de données que les collectivités comme les citoyens produisent quotidiennement et aux moyens de les utiliser pour faire avancer l'information.

Précédemment dans l'Oeil

Maire, présidente de Métropole et directrice de campagne présidentielle : un cumul inédit pour Johanna Rolland

Mediacités est allé fouiller dans les archives : si la maire (PS) de Nantes est officiellement désignée directrice de campagne d'Anne Hidalgo, ce sera une première. Jamais le maire d'une des dix plus grandes villes de France n'a orchestré l'un de ces grands barnums présidentiels. Et on comprend pourquoi.

Les commissions d’éthique installées, bientôt un déontologue pour la ville et la métropole de Nantes

Plus d'un an après le début du mandat, les commissions d'éthique et de transparence promises par Johanna Rolland lors de la campagne municipale ont enfin tenu leurs premières séances.