350 millions de tonnes de sable, gravillons et graviers sont extraits chaque année en France dans plus de 3000 carrières. / Image : François Goglins - Creative Commons

L’extension des sablières de Saint-Colomban approuvée lors d’une consultation publique

Ils sont plus nombreux à s’être déplacé que lors des dernières élections régionales (28,73% de participation au premier tour), départementales (29,55% au premier tour) et à peine moins qu’aux élections municipales de 2020 (37,32%)... Dimanche, 36,7% des habitants inscrits sur les listes électorales de Saint-Colomban, au sud de Nantes, ont participé à la consultation publique organisée par la mairie.

La question à laquelle ils devaient répondre était formulée ainsi : « La municipalité de Saint-Colomban doit-elle adapter son Plan Local d’Urbanisme pour permettre l’instruction des demandes d’extensions des sablières ? ». En clair : faut-il autoriser, ou non, les entreprises Lafarge et GSM qui exploitent 49 et 65 hectares de carrières de sable (Lire notre précédente enquête) à s’étendre sur 70 hectares supplémentaires de terres classées « espaces agricoles pérennes » ? Dimanche, 54,37% des votants ont répondu oui.
Encore des étapes à franchir
« Nous allons pouvoir ouvrir la page et continuer à travailler sur ces projets », réagissait le maire de la commune, Patrick Bertin, après la proclamation des résultats. Car à l’issue de la consultation l’extension des carrières n’est pas automatique : il faut encore que le conseil municipal adapte son plan local d’urbanisme afin de permettre l’instruction des demandes de Lafarge et GSM, que le Schéma de cohérence territoriale du Pays de Retz soit modifié, mais aussi qu’une enquête publique et la préfecture valident ces changements. Soulagé par le résultat de la consultation, les sabliers espèrent franchir rapidement ces étapes et pouvoir commencer l’exploitation . . .

L’info indépendante a une valeur

Les journalistes de Mediacités proposent chaque jour des enquêtes et analyses locales exclusives. Sans pub, seuls les abonnements financent notre travail. Aidez nous à renforcer notre indépendance.

Profitez de 24h d'accès gratuit pour lire cet article et tous les autres !

  • Lisez chaque semaine nos nouvelles enquêtes
  • Participez à nos investigations
  • Sans engagement. 60€/an ou 7€/mois

Benjamin Peyrel
Co-fondateur de Mediacités et rédacteur en chef de son édition nantaise. Avant de me lancer dans cette aventure, j'ai débuté au quotidien La Croix et suis passé par différentes rédactions avant de rejoindre L’Express et d'écumer préfectures et sous-préfectures pendant dix ans. Je m’intéresse notamment aujourd’hui aux montagnes de données que les collectivités comme les citoyens produisent quotidiennement et aux moyens de les utiliser pour faire avancer le débat public.
Voir ma déclaration d’intérêts

Précédemment dans l'Oeil

Relaxe annulée pour « l’homme à la casquette derrière Macron », accusé d’agression sexuelle

La relaxe de l'ancien assistant parlementaire LREM a été annulée par la Cour d'appel de Rennes, ce mardi 17 mai. Les juges ont néanmoins considéré que les faits commis en 2017 contre une ancienne militante macroniste ne relevait pas de « l'agression sexuelle », mais de simples « violences ».

Combien le FC Nantes va-t-il empocher grâce à sa victoire en Coupe de France ?

Le quinzième titre majeur du club nantais va lui permettre de toucher des dotations fixes et variables de la part de la FFF et de l’UEFA. Auxquelles s’ajouteront des retombées en termes de billetterie ou de transferts de joueurs. Mediacités fait l’addition.